Explosion de Neptune Technologies : le coroner dévoile son rapport

L'explosion ayant détruit les installations est survenue le... (Archives La Tribune)

Agrandir

L'explosion ayant détruit les installations est survenue le 8 novembre 2012.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(Sherbrooke) Le coroner Louis Normandin a rendu public son rapport concernant le décès des travailleurs de l'entreprise Neptune Technologies survenu lors de l'explosion du 8 novembre 2012.

Herman Guerrero a subi un traumatisme crânio-cérébral contondant majeur et des brulures quasi pan-coroporelles. Le coroner a également trouvé des traces de suie dans ses voies respiratoires.

Abel Regalado-Calderin est décédé à la suite de brûlures des voies respiratoires sévères et sur son corps, en plus d'un traumatisme crânien.

Marc Couture a été transporté à l'urgence du CHUS, avant d'être transféré à l'Hôtel-Dieu de Montréal. Malgré les soins reçus, le décès survient le 10 novembre. M. Couture a subi des brûlures atteignant 88 pourcent de la surface de son corps, de même que les voies respiratoires.

Neptune Technologies produit de l'huile de krill dans le parc Industriel de Sherbrooke. C'est une explosion d'acétone qui est à l'origine du drame de novembre 2012. L'explosion puis l'incendie avaient fait trois morts et causé des blessures à une trentaine de personnes.

Selon le rapport d'enquête déposé par la Commission de la santé et sécurité au travail en mai 2014, il y avait des manquements dans la conception et le contrôle du procédé lors du redémarrage des opérations provoquant un déversement incontrôlable d'acétone. Le rapport pointe également une contradiction entre la classification et les aménagements du bâtiment et son usage principal. Enfin, des lacunes au niveau des compétences techniques du personnel ont généré des situations dangereuses.

Neptune a recommencé ses activités dans une nouvelle usine inaugurée en juin 2014.

En juillet, Neptune a plaidé coupable aux accusations déposées contre elle par la CSST. Le plaidoyer de culpabilité s'accompagne d'une amende d'environ 58 000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer