Décès de Déliska Bergeron : La Ville blâme le conducteur du camion

La Ville de Sherbrooke rejette le blâme du décès de Déliska Bergeron sur la... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke rejette le blâme du décès de Déliska Bergeron sur la faute du conducteur du camion semi-remorque.

«Si le camionneur était passé sur le feu vert, on ne serait pas ici aujourd'hui. Il a aussi dépassé la ligne d'arrêt. Les miroirs de son camion n'étaient pas non plus placés correctement pour mieux voir. À la lumière de ce constat du coroner, on est tous d'accord que malheureusement, une grosse responsabilité revient au camionneur dans ce dossier-là», soutient le président du comité de sécurité publique à la Ville de Sherbrooke, Marc Denault.

À la suite de l'enquête de plus de neuf mois du Service de police de Sherbrooke, l'analyse du directeur aux poursuites criminelles et pénales (DPCP) n'a pas permis de porter des accusations de négligence criminelle ayant causé la mort dans ce dossier.

Le SPS a cependant donné un constat d'infraction de 1000 $ au Code de la sécurité routière pour ne pas avoir respecté l'interdiction de virage, soit d'avoir commis une action susceptible de mettre en péril la sécurité.

Le camionneur ontarien impliqué dans cet accident a acquitté le montant de la contravention.

«Nous avons rencontré la famille de Déliska Bergeron pour lui expliquer la décision prise par le DPCP à la suite de l'analyse du dossier concernant la décision de ne pas aller plus loin sur le plan criminel», explique l'inspecteur Daniel Breton de la division des enquêtes du SPS.

Des ajustements

Des ajustements ont été faits à l'intersection de rues King Est et du boulevard Saint-François.

«Nous avons harmonisé les quatre approches pour une protection complète. Il n'y a aucun conflit pendant toute la période où les piétons et cyclistes traversent. Il y a eu la correction de l'anomalie du signal visuel avec l'ajout d'une main clignotante et nous avons optimisé les temps de traverse en fonction de la vitesse des usagers. Nous avons aussi uni les boutons d'appel pour les piétons et les cyclistes», explique Jocelyn Grenier, le directeur du service des infrastructures urbaines par intérim à la Ville de Sherbrooke.

Marc Denault prend note de la suggestion du coroner Gilles Sainton de mettre en place une flèche rouge pour interdire le virage à droite. Il rappelle que dans le cadre du plan de mobilité durable, la Ville de Sherbrooke s'est engagée pour que les réseaux cyclistes et piétonniers soient encore plus sécuritaires.

Avant même la publication du rapport du coroner Sainton, le service des infrastructures urbaines a été mandaté pour procéder à l'analyse des intersections.

«Cet automne, nous allons présenter ce rapport qui nous donnera une analyse de ce qu'il faut faire pour rendre les intersections encore plus sécuritaires. Nous tenons à tout mettre en oeuvre pour éviter qu'une telle situation se reproduise», assure le conseiller municipal, Marc Denault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer