Boisvenu ne s'immiscera pas dans la campagne élctorale

Le sénateur sherbrookois Pierre-Hugues Boisvenu entend se tenir loin de la... (ARCHIVES LA TRIBUNE , JOCELYYN RIENDEAU)

Agrandir

ARCHIVES LA TRIBUNE , JOCELYYN RIENDEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le sénateur sherbrookois Pierre-Hugues Boisvenu entend se tenir loin de la campagne électorale fédérale qui a commencé la semaine dernière.

Figure de proue du gouvernement de Stephen Harper en matière de défense du droit des victimes d'actes criminels, Pierre-Hugues Boisvenu s'est retiré du caucus conservateur après la divulgation du rapport du vérificateur général sur les dépenses au Sénat qui lui reprochent des dépenses injustifiées.

«La seule chose que je vais dire concernant la campagne électorale c'est que je vais voter pour le Parti conservateur», soutient le sénateur Boisvenu qui siège maintenant comme indépendant.

Ce dernier mentionne que comme beaucoup de ses confrères de la Chambre haute, il se tiendra loin des activités politiques partisanes jusqu'au scrutin du 19 octobre prochain.

«Avec tout ce qui se passe au sénat, je préfère laisser passer la tempête. Étant donné que je ne fais plus partie du caucus conservateur, il est plus délicat d'aller appuyer les candidats conservateurs même ceux que je connais personnellement», mentionne M. Boisvenu.

Pierre-Hugues Boisvenu doit se rendre à une activité publique au cours des prochaines semaines dans une résidence pour personnes âgées de Windsor.

«Je vais aller parler de sécurité publique avec les aînés. C'est un sujet qui m'a toujours tenu à coeur. Cette activité était prévue bien avant le déclenchement de la campagne électorale», signale le sénateur Boisvenu.

De cette tempête politique qui le secoue depuis le début juin, Pierre-Hugues Boisvenu trouve difficile de se tenir à l'écart de sujets qu'il a défendus depuis de nombreuses années, même bien avant d'accéder au sénat en 2010.

«Je donne depuis longtemps des conférences de sensibilisation devant les jeunes dans les écoles, les centres jeunesse et les aînés dans les résidences. J'ai toujours cru que ça faisait partie de mon mandat de sénateur», justifie Pierre-Hugues Boisvenu.

Défense

Le Bureau du vérificateur général du Canada lui reproche d'avoir demandé des remboursements inadmissibles pour les activités liées à son travail de conscientisation sur les droits des victimes et concernant sa résidence principale.

«Il est certain que je vais aller fournir des explications en arbitrage devant l'ancien juge de la Cour suprême Ian Binnie. Je vais défendre mon point de vue», soutient le sénateur en entrevue à La Tribune.

Ce dernier attend le résultat des élections et le rapport de l'arbitre indépendant nommé par le sénat avant de réfléchir à son avenir comme sénateur.

«Il est plus facile d'avoir de l'influence sur les projets de loi lorsque le parti qui vous a nommé est au pouvoir. J'ai toujours le désir de travailler sur des projets de loi en ce qui a trait à la prévention de la criminalité chez les jeunes et à trouver une alternative à la détention pour les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale», estime le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.

rene-charles.quirion@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer