Des avantages financiers pour les délateurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MONTRÉAL) Les délateurs Sylvain Boulanger et Dayle Fredette qui seront appelés à la barre lors du procès SharQc ont touché des avantages financiers et personnels importants.

Sylvain Boulanger, qui appartenait au chapitre de Sherbrooke des Hells Angels, a touché une somme de 2,9 millions $ et le ministère public lui a donné l'immunité pour tous les crimes qu'il a dénoncés à la police et qui auraient pu être retenus contre lui à la suite de l'opération SharQc.

Il a été décrit par la poursuite comme étant le sergent d'armes des Hells Angels. Membre en règle entre décembre 1993 et novembre 2005, Boulanger a commencé à collaborer avec les forces policières en 2006 avant de signer un contrat de délateur en 2007.

Dayle Fredette a joué des rôles importants dans certains meurtres au premier degré. Il en a reconnu un en 2011. Il a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, mais a obtenu des avantages monétaires.

Dans leurs déclarations d'ouverture, les avocats chargés de la défense des cinq accusés ont demandé aux membres du jury de s'interroger sur les motivations de ces deux individus à témoigner pour la poursuite.

« L'enjeu dans ce procès sera la fiabilité et la crédibilité de chacun des témoins. Les apparences sont souvent trompeuses. Les contrats signés par ces témoins sont lucratifs monétairement et personnellement. Je vous invite à bien analyser cette preuve des délateurs », prévient Me Debora De Thomasis, qui défend Yvon Tanguay.

« Vous avancerez dans la découverte de la preuve avec comme guides des témoins délateurs. La poursuite vous invite à croire ces témoins alors que le bon sens et la sagesse vous commandent d'analyser leurs motivations profondes. L'appât du gain, l'immunité pour des crimes et la possibilité de recommencer une vie sous une nouvelle identité ou d'améliorer son sort nous incitent à ne pas croire aveuglément ces témoins délateurs », a ajouté Me Nelly Benoit, qui défend Michel Vallières.

Claude Berger, qui se défend seul, a résumé la théorie de quatre autres accusés soit de se rappeler que le procès n'est pas celui des Hells Angels, mais de chacun des accusés individuellement.

« Être ou avoir été membres des Hells Angels n'est pas un crime en soi », a indiqué l'accusé avant de citer les directives du juge James Brunton à ce sujet.

« Il y a très peu d'éléments qui seront admissibles en preuve contre François Vachon. Je vous demande de rester vigilants tout au long du procès », a mentionné Me Chantale Gariépy.

L'avocate de Sylvain Vachon, Me Cristina Nedelcu, a mis en garde le jury de ne pas se faire d'opinion avant d'avoir entendu toute la preuve.

Me De Thomasis a insisté sur le fait que la quantité de preuve qui sera déposée par la poursuite n'était pas gage de sa qualité.

« Cette preuve doit être faite hors de tout doute raisonnable. Ce n'est pas une organisation criminelle qui subit son procès, mais un individu », a indiqué Me De Thomasis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer