Le chapitre de Sherbrooke au coeur de la guerre des motards

Le chapitre de Sherbrooke des Hells Angels se serait retrouvé au coeur de la... (ILLUSTRATION, ATALANTE)

Agrandir

ILLUSTRATION, ATALANTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le chapitre de Sherbrooke des Hells Angels se serait retrouvé au coeur de la guerre des motards, alors que des meurtres seraient survenus sur son territoire et que les membres auraient été appelés en renfort auprès du chapitre de Québec.

Après six ans d'attente le procès SharQc s'est mis en branle lundi au centre judiciaire Gouin à Montréal.

Le sort des cinq membres des Hells Angels du chapitre de Sherbrooke a été formellement remis entre les mains du jury par le juge James Brunton de la Cour supérieure.

Claude Berger, Michel Vallières, Yvon Tanguay ainsi que les frères Sylvain et François Vachon subissent leur procès pour complot de meurtre entre 1994 et 2002 de même que d'un ou plusieurs meurtres au premier degré qui auraient été commis entre 1997 et 2001.

Dans sa déclaration d'ouverture, la procureure aux poursuites criminelles du Bureau de lutte au crime organisé (BLACO) Me Fotini Hadjis a indiqué que la guerre à laquelle se seraient livrés les membres des Hells Angels entre 1994 et 2002 n'était pas l'effet du hasard, mais «une guerre stratégique, planifiée et délibérée».

Une guerre qui impliquait les six chapitres du Québec (Sherbrooke, Montréal, Québec, Trois-Rivières, South et Nomads) faisant partie de la section «East Coast» du Canada.

Lors de sa preuve, la poursuite entend appeler à la barre deux anciens membres des Hells Angels devenus délateurs, l'ancien sergent d'armes du chapitre de Sherbrooke Sylvain Boulanger de même que l'ancien membre en règle du chapitre de Québec Dayle Fredette.

Selon la poursuite, ils viendront expliquer le fondement de la guerre des motards qui était pour les Hells Angels, dans leur volonté d'expansion des territoires pour le trafic de stupéfiants, d'éliminer les concurrents indépendants et les autres groupes structurés comme les Rock Machines, les Bandidos, le Dark  Circle ou l'Alliance.

Sylvain Boulanger devrait venir témoigner que dix pour cent des ventes de stupéfiants étaient remis au chapitre pour financer la guerre avec les bandes rivales notamment les meurtres et tous les activités qui y étaient reliées.

Il viendrait témoigner que le chapitre de Sherbrooke était particulièrement actif dans la mise en place de primes payées, 25 000 $ à 100 000 $, selon l'importance de la personne abattue.

«La majorité des victimes étaient ciblées pour leur affiliation à des bandes rivales pour s'assurer que les Hells Angels prennent le contrôle du trafic de la drogue», a indiqué Me Hadjis.

Comme sergent d'armes, Sylvain Boulanger avait accès, selon la poursuite, aux détails des victimes ciblées, de qui a commis ces meurtres et de comment le crime est survenu. En plus de planifier et commettre des meurtres sur leur territoire, les Hells Angels de Sherbrooke ont été appelés en renfort au chapitre de Québec.

Selon la poursuite, Sylvain Boulanger viendra témoigner comment Sylvain Vachon aurait planifié et commis le meurtre de Michel Mathieu alors qu'il roulait sur le chemin Venise à Deauville en mars 1997.

Il viendra aussi témoigner des détails entourant le meurtre de Sylvain Reed qui aurait été tué au domicile de Sylvain Vachon par ce dernier. Reed aurait été tué par suffocation à l'aide d'un sac à poubelle. Le corps aurait été abandonné dans un véhicule conduit par Gaétan David.

Boulanger doit aussi venir donner les détails entourant le meurtre de Robert Léger tué de onze projectiles à son chalet de Sainte-Catherine-de-Hatley en août 2001. Selon le délateur, François Vachon et Steve Duquette auraient tiré les coups de feu.

Certains accusés auraient été impliqués dans les autres meurtres survenus à Granby, Québec Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier ainsi qu'à Saint-Frédéric-de-Beauce où il y aurait eu erreur sur la personne.

Les deux témoins repentis doivent venir rendre compte de la signification d'être un membre en règle des Hells Angels et des règlements qui régissent chacun des chapitres. Une copie des règlements de l'organisation a d'ailleurs été trouvée lors d'une perquisition du repaire de Sherbrooke en juin 2001.

«Toute personne qui gravite autour des Hells Angels aspire à devenir membre en règle. Un membre doit être rentable pour l'organisation. Ils se considèrent comme des frères dans le monde entier (...) Sylvain Boulanger viendra expliquer que les patchs visent à démontrer la force et la puissance de l'organisation lors des partys, réunion et sorties publiques», a expliqué Me Hadjis.

La poursuite a aussi indiqué que de nombreux policiers viendront témoigner de ce qu'ils ont vu, entendu ou ce qu'ils ont réalisé comme opérations notamment dans les repaires des six chapitres du Québec ou ceux des club-écoles dans le cadre du projet SharQc.

«Nous ferons la preuve de plusieurs meurtres et tentative de meurtres commis entre 1994 et 2002», soutient Me Hadjis qui rappelle que tous les accusés faisaient partie de l'organisation des Hells Angels lors des années des accusations.

Le juge Brunton a insisté auprès du jury que les déclarations d'ouverture tant de la poursuite que celles de la défense ne constituent pas de la preuve.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer