Incendie mortel à Drummond : les locataires veulent leurs effets personnels

Une semaine après l'incendie mortel de la rue des Merisiers à Drummondville, la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une semaine après l'incendie mortel de la rue des Merisiers à Drummondville, la grogne semble s'installer chez des locataires à qui on empêche de récupérer des effets personnels dans les décombres.

Ceux-ci voudraient avoir accès à certains biens comme des pièces d'identité, des porte-monnaie, des sacs à main. Ils soutiennent que leurs appartements n'ont pas été endommagés lourdement lors de l'incendie survenu dans la nuit de mercredi à jeudi de la semaine dernière.

Sur place, il est possible de constater que certains logements du rez-de-chaussée sont pratiquement intacts et n'ont pas été placardés. Les passants peuvent facilement voir à l'intérieur.

Une firme de sécurité privée est présente sur place. Les agents ont la consigne de ne laisser personne accéder aux décombres par mesure de sécurité. On considère que la structure est instable.

Rappelons que trois personnes ont perdu la vie lors de ce spectaculaire incendie. L'enquête se poursuit afin de déterminer la cause du sinistre. L'immeuble à logements est une perte totale.

Toujours pas placardé

Malgré tout, des locataires rencontrés sur place plaident qu'il serait facile et sécuritaire de se rendre à l'intérieur pour y récupérer des effets personnels. Ceux-ci disent avoir vu des personnes, comme des représentants en assurances et des électriciens, circuler dans les décombres au cours des derniers jours.

Certains se plaignent que l'endroit n'est toujours pas placardé, une semaine après l'incendie, laissant voir l'intérieur de logements moins endommagés.

Certains locataires ont contacté la Sûreté du Québec afin de tenter d'obtenir un droit accès, mais on leur a répondu que la scène n'est plus sous la juridiction du corps policier.

À la Ville de Drummondville, on mentionne qu'une compagnie d'assurances inspecte les lieux et a demandé à une firme privée de sécurité de surveiller la structure. Pour y avoir accès, les locataires doivent s'adresser au propriétaire de l'immeuble.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer