Un chauffard intercepté dans une zone de chantier frappe un viaduc

Un conducteur roulant à vive allure dans une zone de construction sur... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un conducteur roulant à vive allure dans une zone de construction sur l'autoroute 55 a fait preuve de peu de sagesse au volant, lundi  en début de journée, ce qui aurait pu avoir des conséquences tragiques pour lui et d'autres automobilistes.

Un policier de la Sûreté du Québec (SQ) effectuait une opération de surveillance dans la zone de travaux dans le secteur de Stanstead.

«Cette portion de l'autoroute comprend une seule voie puisque l'autre est temporairement fermée par le ministère des Transports du Québec (MTQ), donc les voitures circulent dans les deux directions, la chaussée étant séparée par des cônes. La limite de vitesse est de 80 km/h», rapporte la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie.

«Le policier a capté un automobiliste qui arrivait à vive allure en direction sud, soit à près de 140 km/h, tout en circulant dans l'accotement pour dépasser des véhicules.»

Alors qu'il se rapprochait de l'auto-patrouille le conducteur a bifurqué brusquement et a traversé les voies de circulation pour terminer sa trajectoire en percutant le pilier d'un viaduc.

«Heureusement, il n'a pas provoqué de collision avec les véhicules qui circulaient à cet endroit au même moment», ajoute Mme Guindon.

«Le conducteur, un homme de 36 ans de la région de Québec, a refusé d'être transporté à l'hôpital après l'impact avec le viaduc, car il n'était pas blessé gravement et il voulait continuer son chemin avec la dépanneuse vers les États-Unis.» 

Le policier a émis des constats d'infraction au chauffard, soit 284$ et trois points d'inaptitude pour le dépassement sur l'accotement et 923$ et dix points d'inaptitude pour le grand excès de vitesse. On a aussi suspendu son permis de conduire pour une période de sept jours.

«Les policiers ont toutefois dû intervenir auprès de lui plus tard en soirée alors qu'il errait à pied à Stanstead. Les douaniers américains ne voulaient pas le laisser passer à pied.»

«Il a finalement été conduit à l'hôpital, car il présentait des signes de désorganisation», dit Aurélie Guindon.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer