Exclusif

36 % des cigarettes fumées au centre-ville seraient illégales

La consommation de cigarettes de contrebande demeure très élevée à Sherbrooke,... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrièle Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) La consommation de cigarettes de contrebande demeure très élevée à Sherbrooke, tandis que les cigarettes mentholées ne seraient pratiquement pas consommées par les jeunes Sherbrookois.

C'est du moins ce qu'avance une étude de mégots menée par l'Association québécoise des dépanneurs en alimentation (AQDA). Le directeur des affaires publiques de l'AQDA, Guy Leroux, explique que son organisme a mandaté la firme montréalaise NIRIC, spécialisée dans les études de mégots, afin d'analyser 65 sites dans la province, dont 43 écoles secondaires.

À Sherbrooke, cinq lieux ont été passés au peigne fin, soit l'école Le Goéland, l'école Montcalm, l'école secondaire de la Montée, l'école secondaire du Triolet, ainsi que le centre-ville. Les dernières études de mégots effectuées sur ces lieux dataient de 2010. En ce qui concerne les écoles, le pourcentage de la contrebande n'a pratiquement pas changé entre 2010 et 2015.

Ce qui attire toutefois l'attention est le taux impressionnant de cigarettes de contrebande au centre-ville de Sherbrooke qui s'élève à 36,6 %.

Un record au Québec

«Le centre-ville de Sherbrooke est celui ayant le plus haut pourcentage de contrebande de tous les sites que nous avons étudiés au Québec, dit-il, toujours très surpris. Lorsque certains réseaux sont démantelés, les dépanneurs disent que leurs ventes augmentent de beaucoup le temps qu'un nouveau réseau prenne la relève.»

Aucune étude n'avait été faite au centre-ville auparavant. Il est donc impossible de déterminer si la contrebande y est en hausse ou en baisse. Le nombre reste toutefois beaucoup trop élevé, selon M. Leroux.

Menthol

Récemment, la ministre de la Santé publique, Lucie Charlebois, déposait le projet de loi 44 qui prévoit bannir les cigarettes au menthol au Québec, sous prétexte que cette variété est populaire chez les jeunes et les incite à fumer.

En juillet dernier, Mme Charlebois disait entre autres à La Presse que «30 % des jeunes consomment la cigarette mentholée, contre 5 % des adultes».

L'AQDA dénonce toutefois cette affirmation de la ministre. Leur étude démontre que sur l'ensemble du Québec, le pourcentage de mégots de cigarettes mentholées n'atteint jamais les 5 %. Sur les sites recensés à Sherbrooke, la présence de cigarettes au menthol est très faible, avec une moyenne de 0,6 %.

«Nous, on veut vraiment mettre les pendules à l'heure sur ce sujet. Je pense que c'est assez clair avec notre étude que les jeunes n'en fument pas, de cigarettes mentholées. Ce n'est pas une saveur qu'ils recherchent, consomment ou apprécient», explique M. Leroux.

«Pratiquement partout au Québec, la moyenne de cigarettes mentholées que nous avons trouvées se situe entre 0 et 1 %.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer