Plaidoyer de culpabilité et sentence pour Mady Tounkara

Mady Tounkara à son arrivée au palais de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Mady Tounkara à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke en juillet 2014.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après une longue saga judiciaire, le dossier du Sherbrookois Mady Tounkara est réglé. L'homme de 57 ans a plaidé coupable à plusieurs chefs qui pesaient contre lui et a aussi reçu sa sentence.

Tounkara a reçu une peine de 18 mois de prison pour les gestes posés en juillet 2014, alors qu'il avait tenté de percuter son ex-conjointe avec sa voiture au centre-ville de Sherbrooke.

Mardi au palais de justice de Sherbrooke, il a reconnu sa culpabilité au chef de voies de fait graves sur son ex-conjointe. Au départ, un chef de tentative de meurtre lui avait été imposé.

Aussi, Mady Tounkara a plaidé coupable aux chefs de menace de mort, de conduite dangereuse, de séquestration et d'introduction par effraction. On lui reprochait aussi des bris de conditions de remise en liberté.

Il devra passer neuf mois derrière les barreaux, si on tient compte des neuf mois de détention préventive qu'il a accumulés. Il est soumis à une probation de trois ans, dont les deux années se feront avec un suivi, a décidé le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

Ce dernier acceptait donc une suggestion commune de l'avocat de la défense Me Jean-Marc Bénard et de la procureure de la Couronne Me Tian Meng.

À un cheveu de la mort

Rappelons que Mady Tounkara avait tenté d'écraser son ex-conjointe avec une voiture le 29 juillet 2014. La femme demeurant au coin des rues Aberdeen et Laurier est passée à un cheveu de la mort, ce matin-là. Deux citoyens étaient intervenus pour maîtriser l'homme dans son élan de folie.

Tounkara avait été par la suite accusé de bris de ses conditions de remise en liberté, car il lui avait été interdit d'entrer en communication avec la victime. Les autres chefs d'accusation ont été déposés par après.

Son nom est souvent revenu dans l'actualité, en raison de bris de ses conditions de remise en liberté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer