Des scouts évacués en France après une tornade

Un groupe scout sherbrookois qui participe à un jamboree à Strasbourg, en... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un groupe scout sherbrookois qui participe à un jamboree à Strasbourg, en France, a vécu une belle frousse en fin de semaine lorsque le campement a dû être évacué à cause du passage d'une petite tornade.

«Pas tellement longtemps après qu'on se soit couchés, on a eu droit à une grosse tempête de vent et de pluie intense, que les météorologues ont par la suite qualifiée de tornade. Les 15 000 scouts qui prenaient part au jamboree ont dû évacuer le camp et se rendre dans le stade Zénith, situé à 10 minutes de marche, comme le plan en cas d'urgence le prévoyait. Ça nous a permis d'avoir une nuit pas trop réparatrice, mais à l'abri et en sécurité», relate Dany Hamel, l'un des trois adultes qui accompagnent les huit jeunes Estriens qui sont sur place.

Selon les médias français, la tempête a lourdement endommagé certaines installations et fait 14 blessés mineurs.

«De notre côté, il n'y a pas de blessures, les jeunes sont en bonne forme, ils ont été assez stressés, mais ils ont bien réagi. Notre matériel n'a pas été brisé non plus», poursuit M. Hamel, qui oeuvre auprès des 14-17 ans dans le 41e groupe scout Est-Calade de Sherbrooke.

La journée après le passage de la tornade a été consacrée à la reconstruction du campement. «Les 15 000 jeunes sont divisés en 25 «villages», qui comprennent chacun une structure administrative avec des coins sanitaires, une infirmerie, des douches... certains étaient beaucoup plus touchés que d'autres», explique M. Hamel.

En tant que responsable des jeunes avec qui il se trouvait, Dany Hamel s'est réjoui de la façon dont les choses se sont déroulées. «C'est toujours inquiétant quand ça se passe, tu veux t'assurer d'avoir tous tes jeunes avec toi, mais l'organisation ici est excellente. C'est lorsque des événements comme celui-là surviennent qu'on se rend compte qu'il faut penser à tout, même à ce qui n'arrive jamais normalement», dit celui qui précise que la Croix-Rouge était sur place en tout temps.

Une fois que tous ont été à l'abri, M. Hamel a contacté sa conjointe par téléphone afin qu'elle utilise la chaîne téléphonique pour prévenir les parents des jeunes que tous allaient bien. «Ça s'est somme toute bien passé», résume-t-il.

Partager

À lire aussi

  • La canicule persiste dans l'est de la France

    Europe

    La canicule persiste dans l'est de la France

    La canicule qui accable une grande partie de la France depuis mardi a desserré son étau sur l'Ouest et le Nord, mais la vague de chaleur persiste... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer