Nolet et Bolduc remis en liberté encore une fois

Ronald Nolet lors de son arrestation en décembre... (Archives La Tribune)

Agrandir

Ronald Nolet lors de son arrestation en décembre 2014.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Détenus depuis le 12 juin dernier pour ne pas avoir respecté leurs conditions de remise en liberté, Annie Bolduc et Ronald Nolet ont été remis en liberté.

Ronald Nolet ... (Archives) - image 1.0

Agrandir

Ronald Nolet 

Archives

Les deux individus accusés de multiples délits à caractère sexuel devront respecter de sévères conditions s'ils veulent rester en liberté en attendant leur procès.

C'est Nolet qui fait face à la majorité des accusations concernant six victimes. Des gestes de grossière indécence et d'attentat sur un bambin auraient été commis entre 1982 et 1984. Il est aussi accusé d'incitation à des contacts sexuels, de contacts sexuels ainsi que de trafic de stupéfiants.

Sur la victime commune au couple, Nolet est accusé d'attouchements sexuels, d'incitation à des contacts sexuels, d'exhibitionnisme, d'avoir rendu accessible de la pornographie juvénile et de corruption de moeurs.

Annie Bolduc quant à elle fait face aux accusations d'exhibitionnisme et de corruption de moeurs. Elle serait impliquée dans des événements concernant trois victimes.

La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion a déposé un acte d'accusation pour regrouper les 22 chefs d'accusation reprochés à Ronald Nolet.

Après avoir entendu l'enquêteur de la Sûreté du Québec puis les deux accusés, la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a déterminé que Bolduc et Nolet pouvaient être remis en liberté.

L'enquête sur remise en liberté était frappée d'une ordonnance de non-publication.

Ronald Nolet devra demeurer à son domicile de Disraeli. Il s'est engagé à respecter ses conditions par un dépôt de 1500 $, alors que Annie Bolduc a déposé 1000 $ de son côté. Elle devra demeurer à son domicile de Milan. Les deux individus ne pourront communiquer ni entre eux ni avec les victimes alléguées ou des personnes de moins de 16 ans. Nolet devra se trouver à son domicile entre 18 h et 8 h, alors que Bolduc devra respecter un couvre-feu de 18 h à 7 h.

Les deux accusés seront de retour devant le tribunal le 10 août.

Me Jean-Marc Bénard défend Ronald Nolet, alors que Me Kim Dingman s'occupe d'Annie Bolduc.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer