Ulverton : le corps du cavalier repêché

Les patrouilleurs nautiques de la Sûreté du Québec... (IMACOM, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Les patrouilleurs nautiques de la Sûreté du Québec étaient à la recherche lundi du Victoriavillois Gilles Gagnon, qui a été emporté par la rivière Saint-François dimanche après avoir tenté de traverser le cours d'eau à cheval. Son corps a finalement été retrouvé par les plongeurs de la SQ aux alentours de 19 h.

IMACOM, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Ulverton) Le corps de Gilles Gagnon a été repêché dans la rivière Saint-François lundi vers 19h par les plongeurs de la Sûreté du Québec. Le Victoriavillois était activement recherché par les secours depuis qu'il avait tenté de traverser la rivière à cheval dimanche après-midi, avant d'être emporté par le courant à la hauteur d'Ulverton.

Gilles Gagnon... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Gilles Gagnon

Photo tirée de Facebook

Les proches de l'homme de 58 ans ont vécu de longs moments d'angoisse lundi, alors qu'on tentait de retrouver le cavalier d'expérience.

Le matin, au camping Pegasus de la route 143 à Ulverton, les proches de Gilles Gagnon s'étaient réunis près du poste de commandement de la Sûreté du Québec en attente du dénouement. Les accolades et témoignages de sympathie et d'appui étaient nombreux lors de ces longues heures d'attente.

« L'équitation est une véritable passion pour lui. Il fait du cheval depuis plus de 35 ans. Nous ne savons pas pourquoi il a tenté de traverser à cet endroit. Cette attente est très émotive pour toute la famille », expliquait le neveu du disparu, Éric Gagnon.

La famille avait demandé de participer aux recherches, mais elle a finalement préféré suivre les consignes de l'équipe de recherche de la SQ.

« Nous laissons la recherche entre les mains des enquêteurs », mentionnait Éric Gagnon.

Des marcheurs de l'unité d'urgence, les patrouilleurs nautiques, les plongeurs ainsi que l'hélicoptère de la SQ ont participé aux recherches qui se sont déroulées sur la rivière Saint-François dans le secteur d'Ulverton.

Passage trop profond

Gilles Gagnon faisait partie d'un groupe de cavaliers qui étaient de passage au camping Pegasus lors d'une randonnée. Il se serait séparé du groupe avant de s'aventurer à cheval dans la rivière.

« L'endroit où le cavalier a voulu traverser était trop profond. Le cheval est parti à la dérive. Nous avons retrouvé le cheval quelques minutes plus tard. Il était déjà mort. C'est un témoin de la scène qui a contacté les secours lorsqu'elle a vu l'homme partir à la dérive », explique Mélanie Dumaresq, porte-parole de la SQ.

« Ce cavalier n'a pas suivi son groupe. Il a fait ses choses par lui-même. Le règlement ne permet pas d'aller sur la rivière à cheval. À ce temps-ci de l'année, le niveau de l'eau doit être de trois à quatre pieds plus bas. Il doit présentement être à au moins sept pieds », mentionne Juerg, le propriétaire du camping Pegasus.

Campeur au Pegasus depuis cinq ans, Daniel Chapleau se trouvait à la rivière dix minutes avant les événements.

« Je suis retourné lorsque j'ai entendu crier. J'ai vu le cheval à la dérive dans les eaux. Cette année, la rivière est particulièrement haute. Il faut faire attention avec le fond de la rivière parce qu'il change chaque année. Je n'ai jamais essayé de traverser la rivière », indique M. Chapleau.

Roxanne Beaulieu, du club nautique de Richmond, se rend régulièrement sur le site du camping Pegasus à Ulverton en canot ou en kayak parce que les embarcations y sont retirées de l'eau en fin de randonnée.

« Je ne suis pas au courant des circonstances de cet accident. Cependant, c'est un secteur que je connais bien. La rivière n'est pas dangereuse. Cependant, il faut se rappeler que la règle de base sur une rivière est de ne pas tenter de traverser une rivière à pied lorsque le niveau de l'eau dépasse la hauteur des genoux. La profondeur d'une rivière est beaucoup trop variable », prévient Roxanne Beaulieu.

L'identification formelle du corps par un coroner devrait être faite au cours des prochains jours.

- Avec Camille Dauphinais-Pelletier

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer