Agressions sur McMannamy: Évelyne Monast devra subir une évaluation psychiatrique

Évelyne Monast... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Évelyne Monast

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Condamnée à 15 mois de prison en 2011 pour un enlèvement d'enfant à Sherbrooke, Évelyne Monast est de retour dans le système judiciaire pour deux vols qualifiés qu'elle aurait perpétrés lundi soir.

Dans le secteur ouest de Sherbrooke, elle a tenté de voler un sac à main à une première victime avant de réussir le vol sur une deuxième femme qu'elle aurait attaqué.

La femme de 29 ans ne sera pas restée longtemps derrière les barreaux parce que son avocat Me Patrick Fréchette a demandé au tribunal qu'elle subisse une évaluation psychiatrique sur son aptitude à comparaître.

Deux accusations de vols qualifiés ont été déposées contre la jeune femme devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

La suspecte a tenté de voler un premier sac à main à une femme croisée sur la rue McMannamy.

«Elle a frappé la victime au visage. Cette dernière a cependant résisté et la suspecte a pris la fuite», explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.

La femme de 29 ans a croisé une deuxième dame à l'angle des rues Craig et McMannamy.

«Elle a réussi à voler la sacoche à cette deuxième personne en la frappant au visage», mentionne Samuel Ducharme du SPS.

C'est cette deuxième victime alléguée qui a mis les policiers sur les traces de la suspecte.

«La victime a reconnu la suspecte. Elle a fourni les informations à nos enquêteurs afin de la localiser», mentionne le porte-parole du SPS.

Le sac à main volé a été retrouvé dans le logement de la suspecte.

«Nous travaillons à élucider d'autres dossiers de vols semblables commis au cours des dernières semaines», mentionne Samuel Ducharme.

Sur les réseaux sociaux à la mi-juin, certains citoyens mettaient en garde la population contre les agissements d'une jeune femme correspondant à la description d'Évelyne Monast.

C'est Me Régis Juneau-Drolet qui représente le ministère public dans cette affaire.

En mai 2011, Évelyne Monast avait attaqué avec une brique un père de famille qui circulait sur la rue Papineau avec son fils dans une poussette. L'accusée qui avait plaidé coupable à l'accusation de voies de fait armées et causant des lésions, affirmait qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'enlever l'enfant. Elle était sous l'effet du speed depuis plusieurs jours lorsque les événements se sont déroulés.

Elle a été reconnue coupable aussi de l'enlèvement et condamnée à 15 mois de prison.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer