Le SPS remarque une plus grande présence des motards

Le 6 mai, des membres en règle des... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Le 6 mai, des membres en règle des Hells Angels, d'un prospect ainsi que des gens associés aux Red Devils et aux Deimo' s Crew ont été interpellés sur la rue King Ouest.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sans faire de lien avec les activités criminelles des Hells Angels, le Service de police de Sherbrooke remarque depuis le printemps 2015 sur son territoire une hausse des personnes et groupes qui s'y associent.

Des membres des Dark Souls, Red Devils et Deimo' s Crew, trois groupes qui revendiquent supporter les Hells Angels, ont été interceptés depuis le début de mai à Sherbrooke.

«Nous remarquons effectivement une nette augmentation du nombre de personnes qui s'affichent comme étant des sympathisants des Hells Angels. Nous sommes en train de valider l'implication de ces groupes de support dans les activités des Hells Angels», explique l'agent des renseignements criminels au Service de police de Sherbrooke, René Pouliot.

La fin de semaine dernière, le signalement de citoyens a mis les patrouilleurs du SPS sur la trace des Dark Souls, un groupe qui revendique supporter les Hells Angels. L'interception des membres des chapitres de Beauce, de la Montérégie et de Montréal des Dark Soul était justifiée par des silencieux non conformes, sur la route 108 près de Cookshire-Eaton.

Deux membres des Red Devils ont été accusés à la mi-juin à la suite de leur arrestation au centre-ville de Sherbrooke.

««Il y a très longtemps que nous n'avions pas effectué d'interception de convois s'associant aux Hells Angels à Sherbrooke.»


Le 6 mai, c'est un convoi composé de membres en règle des Hells Angels, d'un prospect ainsi que des gens associés aux Red Devils et aux Deimo' s Crew qui ont été interpellés sur la rue King Ouest.

Certaines de ces personnes portent des artéfacts ou tatouages en lien avec le groupe de motards criminalisés, comme le tatouage du «un pour cent» de ceux qui revendiquent en faire partie.

«Il y a très longtemps que nous n'avions pas effectué d'interception de convois s'associant aux Hells Angels à Sherbrooke. Nous ne pouvons confirmer que ces groupes travaillent aux activités criminelles des Hells Angels. Ils s'affichent comme des supporters, mais nous sommes en évaluation de leur implication. C'est cependant la première manifestation de ce type depuis l'opération SharQc de 2009», mentionne l'agent aux renseignements criminels du SPS.

Et pourquoi cette recrudescence de manifestations d'appuis?

«Ça, c'est toute la question. Nous pouvons faire une multitude d'hypothèses, mais nous devons vérifier. Nous en sommes à ce stade», soutient René Pouliot du SPS.

L'opération SharQc du 15 avril 2009 a déstabilisé l'organisation des Hells Angels au Québec avec l'arrestation de 156 individus. Le procès pour meurtre de huit membres du chapitre de Sherbrooke se déroule présentement au Centre judiciaire Gouin à Montréal. Les premiers témoins doivent être entendus à la fin de l'été.

Certains items sont portés par des individus à Sherbrooke concernant le BHC (Big House Crew) Sherbrooke, qui est un terme de support pour les membres en règle des Hells Angels qui sont détenus.

Un seul chapitre des Hells est de retour en force, soit celui de Montréal.

«Le chapitre de Sherbrooke des Hells Angels est gelé. Il faut un minimum de six membres en liberté et sans condition pour qu'un chapitre soit actif. Ça ne veut pas dire que les activités criminelles n'ont pas été reprises et que leur commerce illicite ne continue pas à fonctionner depuis 2009 à Sherbrooke. Nous restons aux aguets et les opérations se poursuivent», mentionne René Pouliot du SPS.

Les services de renseignements criminels doivent aussi composer avec la panoplie de groupes de motards récréatifs qui s'identifient maintenant avec des vestes lorsqu'ils circulent en groupe.

«Il fait aussi faire la distinction entre tous ces petits clubs d'amateurs de motos. Ces groupes de citoyens n'ont rien à voir avec les sujets qui nous intéressent, mais il faut quand même faire la distinction», explique René Pouliot du SPS.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer