Décès de Camille Bouchard-Tremblay: une chute accidentelle, dit le coroner

C'est un bête accident qui a coûté la vie à Camille Bouchard-Tremblay, le 27... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabriele Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) C'est un bête accident qui a coûté la vie à Camille Bouchard-Tremblay, le 27 juin 2013.

Camille Bouchard-Tremblay... (Photo maison funéraire Lépine Cloutier / Athos) - image 1.0

Agrandir

Camille Bouchard-Tremblay

Photo maison funéraire Lépine Cloutier / Athos

Selon le rapport d'investigation du coroner, la victime est décédée à la suite d'un traumatisme crânien qui est dû à sa chute accidentelle du troisième étage d'un triplex.

Le 27 juin 2013, à 1 h du matin, elle quittait le bar Le Bistro du lac avec l'un de ses amis pour se rendre dans l'appartement ou elle devait passer la nuit. N'ayant pas les clefs, ils ont dû enlever le moustiquaire d'une fenêtre pour entrer. À l'arrivée des deux autres amies, vers 3 h 30, son ami était couché sur le divan, mais il n'y avait aucune trace de Camille Bouchard-Tremblay. Ses amies ont essayé de l'appeler, mais elle ne répondait pas, donc elles se sont couchées.

L'autopsie confirme que d'après la consommation d'alcool de la victime estimée à partir des témoignages recueillis, l'alcoolémie de Camille Bouchard-Tremblay vers 1 h aurait dû être comprise entre 256 et 286 mg/dL (décilitre).

Vers 8 h 20, une autre locataire se rendant dans le stationnement de l'immeuble a trouvé une femme face contre terre, en sous-vêtements et inconsciente. Les policiers ont été alertés peu après et Camille Bouchard-Tremblay a été transportée au CHUS de Fleurimont ou son décès neurologique a été confirmé peu avant 18 h.

Elle n'avait aucune plaie de défense ni aucune lésion traumatique autre que celles secondaires à sa chute. De plus, aucun des 10 sites de prélèvements à la recherche d'ADN d'une tierce personne n'ont permis de mettre en évidence de l'ADN d'une autre personne. Elle avait toutefois plusieurs érosions, fractures, hémorragies et contusions.

Dans ce contexte, le coroner Dr Gilles Sainton, a émis l'hypothèse que la victime ait volontairement passé par-dessus le garde-corps pour sortir de l'appartement, mais qu'elle a chuté ou encore qu'elle se soit assise sur le garde-corps et ait accidentellement fait une chute par en arrière. Personne ne semble toutefois avoir été témoin de cette chute.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer