12 mois dans la collectivité pour un agresseur sexuel

Pascal Duquette-Rivard a été condamné à 12 mois... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Pascal Duquette-Rivard a été condamné à 12 mois de prison dans la collectivité.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) La juge Marie-Josée Ménard s'est rendue aux arguments communs des procureurs de la Couronne et de la défense et a prononcé une peine de 12 mois d'emprisonnement dans la collectivité pour Pascal Duquette-Rivard, ce Drummondvillois reconnu coupable d'une infraction de nature sexuelle sur une mineure.

Les faits qui lui sont reprochés ont été perpétrés pendant au moins six ans sur une victime d'abord mineure, mais qui a atteint sa majorité au fil des ans. Selon la procureure de la Couronne Me Vicky Smith, bien que l'accusé ait prétendu que sa victime était consentante au cours de toutes ces années d'abus, il n'en était rien.

« Elle n'était pas consentante, mais il ne s'en est pas préoccupé. Elle avait 13 ans lorsque ça a commencé. Il a dit que ça ne lui dérangeait pas, il a fait de l'aveuglement volontaire », prétend l'avocate, précisant qu'il avait conféré à sa victime une vision dénaturée de ce qu'est la sexualité.

La défense a appuyé son argumentaire sur le fait que l'accusé présentait des limitations cognitives attribuables en partie à des abus sévères qu'il a lui-même subis étant plus jeunes. Il aurait effectivement été victime de maltraitance répétée par le passé.

Il faut aussi dire que Duquette-Rivard ne possédait pas d'antécédent judiciaire et le fait qu'il ait enregistré un plaidoyer de culpabilité a évité à la victime un témoignage qui s'annonçait pénible.  Le rapport sexologique présenté par Me François Lafrenière conclut que l'accusé, malgré la nature des accusations, ne présente pas de déviance d'ordre sexuelle, ni d'attirance envers les enfants.

Le même rapport d'évaluation exclut tout comportement pédophile. On estime que l'accusé présente un faible risque de récidive et un très faible risque pour la société.

En plus de sa sentence, Pascal Duquette-Rivard devra se soumettre à une probation de 12 mois assortie des conditions d'usage et devra fournir un échantillon d'ADN.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer