Arrestation pendant le Printemps Érable: trois policiers blanchis

Les trois membres du Service de police de Sherbrooke, le sergent Patrick Roy et... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les trois membres du Service de police de Sherbrooke, le sergent Patrick Roy et les agents Jonathan Couture et Benoit Côté sont blanchis par le comité de déontologie policière à la suite de l'arrestation d'un manifestant le 30 avril 2012 pendant le Printemps Érable.

Dans une décision récente, le comité de déontologie considère que l'arrestation dynamique d'un manifestant par le Groupe d'intervention du SPS pendant une manifestation des étudiants du Cégep de Sherbrooke sur la rue King Est ne constitue pas un acte dérogatoire tant en terme d'utilisation de la force, de l'abus d'autorité, de respect de la sécurité du manifestant arrêté et de comportement de manière à préserver la confiance envers leur fonction.

«Une analyse de la situation à partir des données factuelles (l'urgence de l'arrestation) et techniques (en ce qui a trait à l'applicabilité de l'intervention dynamique) lui permettant d'une manière réaliste de concevoir l'arrestation de M. Lussier avec un minimum de risque à l'égard des manifestants présents à proximité», explique le comité de déontologie policière dans sa décision.

Le comité considère «que le sergent Roy a agi à l'intérieur de la norme de conduite d'un policier raisonnablement prudent et diligent appelé à faire face à la même situation».

À la suite de l'analyse de la vidéo et de l'analyse des témoignages, le comité blanchit également les agents Côté et Couture.

«Aucun élément de la vidéo ne montre l'agent Couture ou l'agent Côté pousser ou bousculer volontairement un manifestant de manière violente, excessive ou immodérée considérant les circonstances particulières auxquelles ils étaient confrontés et aucune preuve testimoniale n'est à cet effet. Le Comité en vient à la conclusion qu'il n'a pas été démontré de façon prépondérante que les agents Couture et Côté ont eu recours à une force plus grande que nécessaire à l'égard des manifestants ou ont mis en péril leur sécurité», explique la décision.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer