Rumeur de coups de feu à Sherbrooke: trois hommes arrêtés près du Triolet

Une détonation semblable à celle d'un coup de feu a entraîné un important... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une détonation semblable à celle d'un coup de feu a entraîné un important déploiement policier lundi derrière l'école secondaire du Triolet à Sherbrooke.

L'arrestation de trois adolescents sur les terrains de l'école de l'ouest de Sherbrooke et du centre administratif de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a permis d'écarter les craintes et de confirmer que le bruit entendu était celui d'une pièce pyrotechnique.

« Il n'y avait aucune arme longue. Nous avons retrouvé les restes de l'emballage d'une première pièce pyrotechnique et d'autres pièces semblables dans le sac à dos de l'un des suspects. La version de témoins correspondait à l'hypothèse de la pièce pyrotechnique et non du coup de feu », confirme le directeur adjoint au Service de police de Sherbrooke, Danny McConnell.

L'appel initial a été fait au 9-1-1 vers 15 h 20 et l'arrestation des trois suspects est survenue vers 15 h 50. Les trois jeunes se trouvaient à l'extrémité du terrain de football situé à l'arrière du centre administratif de la CSRS lorsqu'ils ont fait exploser la pièce pyrotechnique.

« Une employée de la CSRS affirmait avoir aperçu trois jeunes avec une arme longue qui venaient de tirer un coup de feu. Nous avons érigé un périmètre de sécurité et déployé une intervention pour tireur actif. Il n'y avait aucune chance à prendre avec les informations que nous possédions à ce moment », explique le directeur adjoint du SPS, Dany McConnell.

Les membres du Groupe d'intervention, des patrouilleurs du SPS et des policiers de la Sûreté du Québec - étant donné que le boisé du Triolet menant à l'autoroute 410 est situé sur leur territoire - ont été déployés.

« Il y a eu une courte poursuite à pied. Nous avons réussi à arrêter trois adolescents dans le boisé situé derrière l'école du Triolet. Les trois suspects ont collaboré à l'enquête. Nous allons analyser les faits afin de déterminer si nous devons soumettre le dossier au procureur ou si nous allons remettre un constat d'infraction au règlement municipal », mentionne Danny McConnell.

Les trois adolescents ont été libérés après avoir subi un interrogatoire au quartier général du SPS.

Le directeur de l'école secondaire du Triolet a rapidement prêté main-forte aux policiers afin de s'assurer que tant les élèves que le personnel soit en sécurité pendant les 30 minutes où les autorités ont craint le pire.

« Il fallait s'assurer que personne ne passe par l'arrière de l'école. Nous avons fait en sorte que les élèves utilisent le chemin naturel de la sortie vers l'avant afin qu'ils se rendent aux autobus. Cependant, il n'y avait plus de danger lorsque les cours ont pris fin », explique le directeur du Triolet, Martin Saint-Jean.

Ce dernier indique qu'aucun élève n'a été témoin des événements ou incommodé par cette intervention.

« Les élèves se trouvaient en classe. Personne n'a été confiné à l'intérieur », mentionne M. Saint-Jean.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer