L'utilisation de maîtres-chiens de patrouille donne des résultats probants

Deux maîtres-chiens de patrouille ont été déployés au... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Deux maîtres-chiens de patrouille ont été déployés au poste de la MRC de Drummond.  Après six mois d'implantation, les bénéfices de la présence d'un maître-chien de patrouille se font déjà sentir, annonce la SQ.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) L'ajout de maîtres-chiens au personnel de patrouille de la Sûreté du Québec dans la MRC de Drummond et au poste autoroutier de l'Outaouais n'a pas tardé à faire ses preuves. Au cours de six derniers mois, les policiers armés de leurs toutous ont initié 333 interventions.

Entre le 15 novembre et le 15 mai, ils ont notamment contribué à six arrestations et à sept perquisitions en matière de stupéfiants. Au total, ils ont vérifié 236 véhicules et émis 31 constats d'infraction et avis de non-conformité.

« Le fait que Drummondville soit le plus grand centre urbain couvert par la Sûreté du Québec amène des appels qu'on n'aurait peut-être pas aussi fréquemment ailleurs. On fait état d'interventions lors de suspects en fuite, de recherche de stupéfiants dans des véhicules et de violence en cours. On voit des bénéfices tangibles à leur présence », confirme le porte-parole de la SQ Hugo Fournier.

Ce dernier estime que le déploiement des maîtres-chiens à même les effectifs de patrouille permet d'améliorer le temps de réponse lors d'évènements, ce qui peut s'avérer un facteur important dans certains types d'interventions.

Le maître-chien Patrick Sullivan fait notamment état du sauvetage d'une jeune femme suicidaire retrouvée inconsciente dans un boisé. Grâce à son fidèle compagnon, la recherche n'a duré que sept minutes. Le chien a localisé la victime en bordure de rivière. La suicidaire était alors fortement intoxiquée par les médicaments et gisait dans la neige. Sans une intervention rapide, elle serait morte.

« Les patrouilleurs ont localisé son véhicule. Ils m'ont dit qu'ils ne savaient toutefois pas où elle se trouvait. Le chien l'a trouvée en sept minutes et, selon l'information que j'ai obtenue, il était temps que quelqu'un la trouve », raconte-t-il.

L'agent Sullivan fait également état de l'arrestation d'un individu après une poursuite de deux kilomètres à travers un boisé, ainsi que d'une intervention pour empêcher des malfaiteurs de prendre la fuite.

« Il y avait plus de suspects que de policiers, on pouvait voir dans leurs yeux qu'ils se cherchaient une porte de sortie. Lorsqu'ils ont vu le chien arriver, ils se sont résignés », ajoute-t-il.

La Sûreté du Québec est maintenant à analyser l'ensemble du dossier, dont les données financières, et évaluera la possibilité d'implanter des maîtres-chiens de patrouille dans certains autres postes ciblés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer