Un incendie criminel rase un bâtiment du Pavillon de la Faune de Stratford

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Quand Jean-Luc Couture s'est rendu compte que l'un des bâtiments du Pavillon de la Faune de Stratford, dont il est le propriétaire, était en train de brûler, sa première pensée est allée à la meute de loups, dont l'enclos était contigu avec l'édifice qui brûlait.

«Heureusement, les pompiers ont pu maintenir les murs pour ne pas que les loups s'évadent dans la nature... avec l'effet de panique, on n'aurait pas pu les retracer. C'était ma plus grande crainte», affirmait-il hier, quelques jours après l'incendie qui a complètement rasé le bâtiment touché dans la nuit de jeudi à vendredi.

Pour ajouter aux soucis du propriétaire, le brasier est manifestement de nature criminelle. «Les portes de certaines cages avaient été ouvertes dans la nuit, et les animaux s'étaient dispersés dans la nature. C'est ce qui a fait conclure qu'il s'agit d'un geste volontaire», relate le propriétaire.

Une enquête a donc été ouverte par la Sûreté du Québec. «C'est très dur de savoir qui a pu faire ça. On peut avoir des doutes sur quelqu'un, et finalement ce n'est pas lui, donc je ne vais pas essayer de trouver qui a fait ça... mais je trouve ça malheureux quand même, c'est un geste gratuit qui ne rapporte rien à la personne qui a fait ça», se désole M. Couture.

Malgré l'intervention des pompiers de Stratford et Weedon, la perte est totale; l'équipement qui a brûlé était d'une valeur de 45 000 $, estime M. Couture.

La saison maintenue

Les animaux évadés sont tous rentrés au bercail, à l'exception d'un grand-duc. Les bêtes dont les cages avaient été ouvertes ne représentaient heureusement aucune menace pour la sécurité du public; les ours et les cougars, par exemple, étaient toujours captifs au moment de l'incendie.

Jean-Luc Couture tient à rassurer la population : toutes les activités offertes habituellement par le Pavillon de la Faune durant la saison estivale auront lieu quand même. «Il faut se revirer de bord vite, mais ça va se passer comme d'habitude, il n'y aura aucune diminution d'activités», dit celui qui affirme recevoir chaque été entre 16 000 et 20 000 visiteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer