Délit de fuite mortel : Sekandari acquitté

Momeen Sekandari a été acquitté des accusations qui... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Momeen Sekandari a été acquitté des accusations qui pesaient contre lui.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Accusé d'avoir fui les lieux d'un accident mortel survenu dans la nuit du 4 au 5 décembre 2012 sur la rue King Ouest à Sherbrooke, Momeen Sekandari a été acquitté, vendredi au palais de justice de Sherbrooke, en raison de la panique créée par une crise d'anxiété.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec a retenu la thèse soulevée par la défense à savoir que l'homme de 26 ans n'avait pas l'intention spécifique requise par la définition du délit de fuite dans le Code criminel, soit d'échapper à sa responsabilité civile ou criminelle.

L'accident avait causé le décès de Marlon Ira James Fequet, 55 ans, qui sortait d'un bar de la rue King Ouest.

Le piéton traversait la rue à l'intersection de la rue Alexandre, après avoir passé la soirée au bar Rock et Bert, lorsqu'il a été happé par le Chevrolet Aveo conduit par Sekandari. L'homme de 55 ans, originaire de Toronto, est décédé sur le coup.

Aussitôt qu'il a envisagé la possibilité qu'il eût frappé un piéton, Sekandari s'est senti envahi, il a figé, son coeur s'est mis à pomper fort, une grande chaleur a monté et son « cerveau ne fonctionnait plus normalement ».

La juge s'est basée sur les témoignages de l'accusé, d'un ami appelé lors des événements, de même que celui de la psychiatre judiciaire Dre Martine Bérubé.

« Le tribunal fait également siennes les conclusions de la Dre Martine Bérubé que l'accusé, dans le contexte du caractère imprévu et inattendu de cet accident, a vécu un épisode tellement intense d'anxiété, que cela a eu l'impact d'une bombe. Il a subi une dissociation temporaire créée par un état de panique l'ayant empêché de former l'intention criminelle requise pour vouloir fuir ses responsabilités », détermine la juge Desgens.

Momeen Sekandari n'a pas quitté le tribunal sans s'assurer qu'il pourrait faire parvenir une lettre à la famille de la victime de cet accident.

« Il est soulagé. Il va pouvoir reprendre une vie normale après avoir été contraint de respecter des conditions de remise en liberté très sévères depuis 2012, dont un couvre-feu, une interdiction de conduire et de consommer de l'alcool. Depuis le début des procédures, mon client voulait s'excuser à la famille de la victime pour expliquer ce triste événement. Il va maintenant pouvoir le faire. Cette initiative vient de lui, personne ne lui demande de le faire », explique l'avocat de la défense Me Benoit Gagnon.

La juge Desgens a souligné cette initiative en affirmant qu'elle était « appropriée et tout à son honneur ».

La procureure aux poursuites criminelles au dossier Me Marie-Line Ducharme respecte la décision du tribunal et n'a pas l'intention de porter le verdict en appel.

Momeen Sekandari n'a pas voulu commenter son acquittement à la sotie du tribunal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer