L'enseignant Joël Poliquin trouvé coupable

Joël Poliquin... (Archives La Tribune)

Agrandir

Joël Poliquin

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Le juge de la Cour du Québec Jacques Trudel a trouvé l'ancien enseignant Joël Poliquin coupable d'avoir eu des contacts sexuels avec une élève alors qu'il travaillait à l'école secondaire Monique-Proulx de Warwick.

Le magistrat n'a pas cru la version de l'accusé qui prétendait, lors de son procès, ne jamais avoir eu de relations sexuelles avec sa victime avant qu'elle n'atteigne la majorité. Il a indiqué que l'accusé avait paru nerveux et inutilement volubile et que certains faits présentés étaient vagues et confus.

Il s'est plutôt rangé du côté de la plaignante qui avait affirmé d'entrée de jeu avoir été pleinement consentante et qu'elle ne cherchait pas réparation. Elle a rendu un témoignage assuré et plus précis relativement aux détails.

La femme, maintenant dans la trentaine, a raconté ne pas avoir eu l'intention de porter plainte a priori, mais s'est fâchée de lire le témoignage de l'accusé lors de la procédure initiale. Elle affirme avoir passé du bon temps avec son enseignant au cours de l'année scolaire 1997-98. Elle était alors en concentration musique, en cinquième secondaire.

Le juge Trudel en est venu à la conclusion que la relation avait bel et bien commencé alors que Poliquin travaillait à Warwick et qu'elle s'était poursuivie par la suite. Il explique sa décision par la volonté de Poliquin de cacher les détails en lien avec cette relation, comme s'il avait voulu éviter de se mettre les pieds dans les plats.

Rappelons qu'il s'agissait pour l'enseignant d'un deuxième procès en semblable matière, lui qui avait été innocenté une première fois en décembre 2013 en lien avec une première victime. Il subira un troisième procès en octobre, cette fois il fait face à des accusations d'harcèlement sexuel et de supposition de personne. Les parties se sont donné rendez-vous le 14 mai pour les représentations sur sentence.

Il s'agit d'un deuxième enseignant en musique de la Commission scolaire des Bois-Francs à être reconnu coupable d'actes sexuels au cours de la dernière année. Lors de son arrestation, Joël Poliquin était directeur adjoint à la polyvalent La Samare de Plessisville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer