Mort de Déliska Bergeron: le camionneur a commis «une grosse erreur»

«Nous savons depuis deux semaines qu'il n'y aura pas d'accusation contre le... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Nous savons depuis deux semaines qu'il n'y aura pas d'accusation contre le conducteur du camion impliqué dans le mort de Déliska. Je suis encore au stade de digérer la nouvelle.»

Karine Cliche accompagnait Déliska Bergeron, le 9 juin dernier, lorsqu'un camion a heurté la femme de 30 ans, au centre-ville de Sherbrooke. L'événement tragique avait fait le tour du Québec.

Mardi, le Service de police de Sherbrooke (SPS) a annoncé qu'aucune accusation ne sera portée contre le camionneur.

«La nouvelle vient chercher deux parts de moi. Je me dis que le conducteur du camion a commis une erreur, une grosse erreur. Mais l'erreur est humaine», explique Mme Cliche.

«Le monsieur a à vivre avec ça. Sa sentence est là. Il doit y penser tous les jours. Il ne doit pas se sentir bien dans sa peau.»

D'autre part, Mme Cliche souhaite que la mort de son amie ne reste pas inutile. On doit profiter de ce décès pour améliorer la sécurité aux intersections pour les piétons et les cyclistes. «Il y a les feux de circulation ronds et en flèche. Ce n'est pas clair», dit-elle.

«Et pourquoi il n'y pas plus de sécurité sur les camions. Il y a plein d'angles morts. On se rend compte qu'il y a plus d'éléments de sécurité sur les autos que sur les camions.»

Rappelons que le 9 juin 2014, vers 11h, Déliska Bergeron traversait la rue King à côté de son vélo en provenance du boulevard Saint-François, près du pont Aylmer.

Au même moment, un camion semi-remorque qui circulait sur Saint-François, effectuait un virage à droite pour se diriger sur la rue King, vers l'ouest. C'est à ce moment que la victime a été happée.

Son décès a été par la suite constaté, rappelle le SPS dans un communiqué diffusé mardi matin. «Une enquête a été faite par le SPS en collaboration étroite avec la Sûreté du Québec et le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales», écrit-on.

«Après décision du procureur, aucune accusation ne sera portée dans ce dossier.»

Depuis ces événements, le mouvement Sherbrooke démocratie a réclamé l'amélioration des feux de circulation dans la ville. «Il faut que la Ville sécurise ses intersections afin que des accidents comme celui-là ne se reproduisent pas, commente Évelyne Beaudin.

«On doit apporter des changements pour éliminer la confusion qui existe à certaines intersections dangereuses», demande-t-elle.

«J'ai senti une ouverture de la part des élus, mais il y a eu des changements à la direction des infrastructures urbaines et on attend.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer