Trois jeunes de La Ruche suspendus pour avoir piqué d'autres élèves

Trois jeunes de l'école secondaire La Ruche, de Magog, ont été suspendus jeudi... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Trois jeunes de l'école secondaire La Ruche, de Magog, ont été suspendus jeudi et pourraient faire face à des accusations pour avoir utilisé des aiguilles pour piquer d'autres élèves.

Les trois adolescents âgés d'une quinzaine d'années auraient atteint entre 15 et 20 autres jeunes avec des aiguilles utilisées dans des glucomètres, appareil servant à indiquer le taux de glycémie dans le sang.

«L'un des trois avait mis la main sur des aiguilles et les avait amenées à l'école. Avec les deux autres, ils se sont mis à piquer d'autres élèves», raconte Paul Tear, porte-parole de la Régie de police de Memphrémagog (RPM).

«Il y a eu plainte à la direction. Les élèves et leurs parents ont été rencontrés. Ils ont été suspendus le temps que les procédures se poursuivent. Les victimes ont aussi été rencontrées.»

Les policiers veulent savoir si chacune des aiguilles ont servi à piquer plusieurs jeunes. On ne sait pas si elles étaient souillées avant les événements.

Les aiguilles ont été saisies et remises au CSSS local aux fins d'analyse.

«On espère que les aiguilles étaient neuves, car le plus grand risque est celui de la contamination», ajoute M. Tear.

«Si une plainte formelle est déposée, comme par un parent, des accusations de voies de fait armées pourraient être portées en vertu du Code de justice pénale pour les mineurs.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer