Fruit d'Or: « Nous avons l'intention de nous relever rapidement »

La direction de Fruit d'Or n'a pas l'intention de demeurer les bras croisés au... (Capture d'écran)

Agrandir

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(NOTRE-DAME-DE-LOURDES) La direction de Fruit d'Or n'a pas l'intention de demeurer les bras croisés au lendemain de l'incendie qui a complètement ravagé son usine de productions de Notre-Dame-de-Lourdes, provoquant des dommages évalués à quelque 15 millions $.

« Nous avons l'intention de nous relever le plus rapidement possible de cette épreuve et de limiter son impact tant pour nos employés que pour notre clientèle. Une équipe est déjà à l'oeuvre pour mettre en place un plan de gestion de crise afin de définir les bases de reconstruction de l'usine de transformation de canneberges séchées », a annoncé, lundi, le président de l'entreprise, Martin Le Moine.

Près d'une centaine d'employés de Fruit d'Or sont directement touchés par le sinistre. Ils ont été rencontrés, hier matin. On tentera d'en déménager certains dans les autres unités de l'entreprise ou de les envoyer en formation le temps de la reconstruction. On craint toutefois que plusieurs soient forcés d'avoir recours à l'assurance-emploi pendant un certain temps. La direction espère qu'ils seront toujours disponibles au moment de relancer les activités de production, leur expertise étant difficilement remplaçable.

«Le plus important dans cette tragédie, c'est qu'aucun de nos employés n'ait été blessé ou victime de cet incendie», ajoute M. Le Moine, remerciant au passage le travail de la soixantaine de pompiers qui ont mis une vingtaine d'heures à maîtriser les flammes. Ils ont été en mesure de sauver les bureaux et un espace d'entreposage.

Le président de Fruit d'Or a tenu à préciser que les activités dans les autres usines de l'entreprise ne seront pas affectées par cet événement. Ainsi, les usines de Québec, de Villeroy, ainsi que les activités d'emballage de détail à la deuxième usine de Notre-Dame-de-Lourdes se poursuivront comme à l'habitude.

« C'est une raison de plus, dit-il, pour continuer ce que nous avons commencé il y a de cela maintenant 15 ans. C'est une grande épreuve pour la grande famille de Fruit d'Or, mais nous allons nous serrer les coudes et en ressortir encore plus forts.», a-t-il conclu, précisant qu'afin de continuer à desservir sa clientèle, il était à la recherche de sous-traitants pour ses activités de production de canneberges séchées.

Fruit d'Or est une entreprise d'envergure internationale spécialisée dans la transformation de canneberges et de bleuets, engagée à soutenir les initiatives visant le développement d'une agriculture durable. Fruit d'Or compte 175 employés, répartis dans ses usines de Lourdes et de Villeroy et chez Fruit Sélect située à Québec.

Partager

À lire aussi

  • Ça brûle chez Fruit d'Or

    Justice et faits divers

    Ça brûle chez Fruit d'Or

    Près d'une centaine d'employés de l'entreprise de transformation de petits fruits Fruit d'Or ne rentreront pas à l'ouvrage comme à l'habitude ce... »

  • Fruit d'Or investit 35 M$ et crée 20 emplois

    Affaires

    Fruit d'Or investit 35 M$ et crée 20 emplois

    Un an, jour pour jour, après avoir assisté impuissants à la destruction de leur usine, victime d'un incendie majeur, les propriétaires de Fruit d'Or... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer