Les policiers utilisent une arme à impulsion pour maîtriser un suspect

Les policiers de Sherbrooke ont dû avoir recours à une arme à impulsion... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les policiers de Sherbrooke ont dû avoir recours à une arme à impulsion électrique pour maîtriser un individu intoxiqué qui les avait fuis.

L'homme de 19 ans s'était réfugié dans son logement de la rue Kennedy où il tenait les patrouilleurs du Service de police de Sherbrooke (SPS) en haleine.

Le tout avait débuté vers 1h45, dans la nuit de jeudi à vendredi, quand un citoyen a remarqué les agissements d'un suspect en train de commettre une introduction par effraction sur la rue King Est.

L'homme était armé d'une machette et a pris la fuite à l'arrivée des policiers, mentionne Philippe Dubois, porte-parole du SPS.

«Il n'était pas dans son état normal, visiblement intoxiqué par l'alcool ou la drogue. Il a fallu entreprendre des négociations lorsqu'il a été retrouvé dans son logement de la rue Kennedy», explique-t-il.

«Nous avons dû utiliser le taser gun pour le maîtriser. Il n'a subi aucune séquelle.»

 L'homme connu des policiers a été amené au quartier général du SPS et doit faire face à plusieurs accusations, dont introduction par effraction, menaces de mort et agression armée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer