Fausses alertes à la bombe: 18 accusations contre Steve Kane

Steve Kane... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Steve Kane

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Le ministère public a déposé 18 accusations contre l'ex-militaire Steve Kane en lien avec une série d'appels à la bombe ciblant différentes entreprises et organisations, principalement en Mauricie, mais aussi à Drummondville, Montréal, Québec et Ottawa.

L'homme de 44 ans est accusé de méfaits publics pour avoir fait croire, au cours des dernières semaines, qu'il y avait présence d'éléments explosifs dans certains commerces de détail. Dans la région, il a semé la panique dans une succursale de la Société de l'assurance automobile du Québec située à Drummondville.

Déjà intercepté pour deux épisodes de vol qualifié au moyen de bâtons de dynamite, c'est à partir de l'hôpital Sainte-Thérèse, où il était incarcéré, que Kane aurait commis ses délits. On a d'ailleurs demandé à ce qu'il soit évalué par des psychiatres afin d'établir s'il peut être reconnu criminellement responsable de ses gestes. Il sera de retour au palais de justice de Shawinigan le 21 avril.

Selon le procureur de la Couronne Me Maxime Laroche, l'enquête est toujours en cours et il est possible que d'autres accusations s'ajoutent au dossier déjà bien étoffé de l'ancien soldat. On pourrait lui attribuer d'autres appels dans d'autres établissements au Québec et en Ontario.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer