Appels à la bombe: un ex-militaire est arrêté

Steve Kane... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Steve Kane

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé, dimanche soir, à l'arrestation de Steve Kane, un ancien militaire de 44 ans suspecté d'avoir logé une vingtaine de faux appels à la bombe dans des commerces et institutions principalement en Mauricie et au Centre-du-Québec, mais aussi à Montréal, Québec et Ottawa.

Le suspect aurait notamment sévi à Drummondville, forçant l'évacuation de la succursale de la Société de l'assurance automobile du Québec pendant plusieurs minutes au début du mois. On s'était rapidement aperçu qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter.

« Nous donnerons plus de détails sur les endroits où ont été faits les appels à la bombe une fois que l'enquête sera terminée et que les accusations seront déposées », précise le porte-parole de la SQ Hugo Fournier.

Kane a été rencontré par les enquêteurs, puis relâché sous promesse de comparaître. On s'attend à ce qu'il soit formellement accusé plus tard cette semaine au palais de justice de Shawinigan, en Mauricie. Selon des témoins, il présenterait de graves problèmes mentaux.

Steve Kane est bien connu des milieux policiers. Selon Le Nouvelliste, il a été arrêté le 12 janvier pour avoir perpétré des vols qualifiés dans deux restaurants de Shawinigan, armé de bâtons de dynamite. Il serait également à l'origine de menaces perpétrées à l'endroit du premier ministre Stephen Harper, sur la boîte vocale du Nouvelliste.

Il s'était alors donné un accent arabe et avait dit s'appeler Hijab.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer