Agression au PFK : «Je n'ai jamais voulu le tuer»

Dans une lettre de cinq pages qu'il a lue devant le tribunal, Rock Dany St... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Dans une lettre de cinq pages qu'il a lue devant le tribunal, Rock Dany St -Cyr-Dubreuil a expliqué vendredi pourquoi il a sorti un couteau et poignardé un client dans le stationnement du PFK après avoir vu le client en question malmener et administrer une raclée à son jeune fils.

Les événements sont survenus le 31 octobre dernier dans le stationnement du restaurant PFK de la rue du Conseil, dans le quartier Est de Sherbrooke. Après avoir fui les lieux de l'agression, St-Cyr-Dubreuil avait fait l'objet d'une chasse à l'homme à l'échelle du pays. Il a finalement été arrêté quelques jours plus tard à Calgary.

D'abord accusé de tentative de meurtre, St-Cyr-Dubreuil a été acquitté pour ensuite plaider coupable de voies de fait graves.

L'homme âgé de 25 ans a dit au juge Érick Vanchestein avoir été troublé de voir la façon dont le père traitait son enfant. D'abord en l'empoignant par le bras dans le restaurant au point «de ne plus porter à terre», puis en le giflant dans le stationnement au moment de se rendre à sa voiture.

St-Cyr-Dubreuil a dit avoir offert un bonbon à l'enfant dans le restaurant afin de le calmer, mais sans succès. Voyant que le père continuait de s'acharner sur son fils, il a décidé de le suivre jusque dans le stationnement où il lui a offert de se battre, a-t-il dit.

Constatant que le père continuait de s'acharner sur son fils dans sa voiture, St-Cyr-Dubreuil dit s'être approché du véhicule et avoir donné quelques coups sur la carrosserie jusqu'à ce qu'il ouvre la fenêtre. C'est après avoir refermé la porte avec son pied alors que le père tentait de sortir que St-Cyr-Dubreuil dit avoir paniqué et sorti son couteau, poignardant l'homme à travers le cadre de la fenêtre. Ce dernier a été atteint au poumon, mais ne conservera aucune séquelle, selon ce qu'a indiqué l'avocate de la poursuite vendredi.

«J'ai paniqué, a dit St-Cyr-Dubreuil. Mon intention n'a jamais été de le tuer. J'ai seulement voulu défendre ce petit enfant sans défense», a-t-il insisté au cours de son témoignage.

St-Cyr-Dubreuil, qui a avoué avoir des problèmes d'alcool, a indiqué qu'il avait bu «sept ou huit bières» dans les heures qui ont précédé l'agression.

Le juge Vanchestein doit rendre sa sentence le 29 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer