Délit de fuite mortel : Guy Richard déclaré coupable

Guy Richard... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Guy Richard

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Estimant qu'il avait fait preuve d'aveuglement volontaire et qu'il était de son devoir de s'arrêter pour porter secours, le juge Erick Vanchestein a trouvé Guy Richard coupable de délit de fuite causant la mort de Pierrik Houle, le 21 décembre 2012, sur la rue Principale, à Sainte-Perpétue.

« Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, a lancé le juge au moment de prononcer un verdict de 75 minutes. L'attitude de l'accusé après l'accident ne peut être causé par un simple pare-brise brisé. »

M. Vanchestein fait effectivement référence au stress important vécu par Richard dans les heures qui ont suivi la collision. Il avait les yeux ronds et a même affirmé, lors d'une conversation avec un témoin qu'il « était dans la merde ». Le fait que l'accusé soit retourné sur les lieux plus tard en soirée afin de tenter de comprendre ce qui a pu se produire a également joué contre lui dans l'analyse du juge.

Ce dernier est d'avis qu'une personne raisonnable aurait dû s'arrêter sur les lieux de l'impact afin de s'assurer qu'il n'y ait pas de victime. « En quittant les lieux, il a omis de répondre à ses obligations légales. Son comportement subséquent ne permet pas de fournir une explication qui soulève un doute raisonnable », conclut le magistrat.

Acquitté de conduite avec les capacités affaiblies

S'il a reconnu Guy Richard coupable de délit de fuite mortel, le juge a toutefois décidé de l'acquitter sur le chef de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort du joggeur. Bien que nombre d'éléments mis en preuve portent à croire que l'homme de 43 ans avait consommé de façon importante avant le drame, le magistrat en est venu à la conclusion qu'un doute raisonnable persistait.

« Après analyse de l'ensemble de la preuve, on ne peut venir à la conclusion, hors de tout doute raisonnable, de l'affaiblissement des facultés de l'accusé. Selon une majorité de témoins, il marchait droit et n'avait pas de mal à se faire comprendre. Un seul témoin fait était d'une odeur d'alcool », tranche M. Vanchestein.

Rappelons qu'une serveuse du bar Le Rebel où M. Richard a passé les heures précédant l'incident a affirmé avoir servi l'équivalent de sept bières de format 710 ml à l'accusé au cours de l'après-midi. Elle lui avait également offert de le ramener à la maison, signe qu'elle ne considérait pas qu'il était en état de conduire.

La décision du juge Vanchestein a plu à la procureure de la Couronne Me Vicky Smith. Cette dernière entend demander une peine d'incarcération pour le chauffard.

« Nous sommes satisfaits de la décision à l'égard de l'accusation de délit de fuite causant la mort. Il s'agit d'une accusation d'une importante gravité objective, elle est passible de l'emprisonnement à perpétuité », fait-elle remarquer.

L'avocat de la défense, Me Jasmin Laperle, a, quant à lui, décidé de s'abstenir de tout commentaire, si ce n'est de dire qu'il évaluera la possibilité d'en appeler du verdict. Les parties débattront de la peine appropriée à infliger à Guy Richard le 5 mai.

Le père de la victime soulagé

Yvon Houle s'est dit soulagé que le juge Éric Vanchestein ait choisi de reconnaître la culpabilité de Guy Richard relativement à la mort de son fils. C'est avec le pire scénario en tête qu'il s'était présenté au palais de justice de Drummondville vendredi pour entendre le verdict.

« Je pensais qu'il était pour s'en tirer avec rien. Je me disais que la justice, il n'y en avait pas. Je ne voulais pas qu'il s'en tire avec rien, c'était important pour moi qu'on reconnaisse son implication dans la mort de Pierrik », affirme le père éploré.

Ce qui affecte le plus M. Houle, c'est de penser que Richard aurait pu sauver la vie du joggeur en s'arrêtant pour lui prêter main-forte plutôt que de quitter la scène afin de s'assurer de ne pas se faire prendre pour conduite avec les capacités affaiblies. Le corps de l'athlète de 19 ans a été retrouvé vers 22 h 30, soit deux bonnes heures après l'impact. S'il avait été soigné plus tôt, il y a de fortes chances pour qu'il ait survécu.

« Tu as beau être en boisson, il faut que tu t'arrêtes pour prêter secours, mais il est parti et c'est ça que j'ai de la misère à accepter », précise-t-il.

M. Houle s'est exprimé devant les médias au nom des autres membres de la famille et des amis qui étaient présents lors du processus judiciaires en appui à leur proche disparu.

Rappelons que Richard a été reconnu coupable de délit de fuite mortel après qu'il eut happé Pierrik Houle qui faisait son jogging sur l'accotement de la route 259 dans le village de Sainte-Perpétue. Ce sont des proches, inquiets qu'il ne soit pas de retour, qui l'ont retrouvé allongé dans un banc de neige. Pris de remords, l'accusé serait revenu sur les lieux du drame au volant d'un autre véhicule. Il a été intercepté par les policiers de la Sûreté du Québec au cours de la nuit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer