John Blanchette serait passé aux aveux

John Blanchette... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

John Blanchette

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Selon les enquêteurs qui ont procédé à l'arrestation de John Blanchette, ce présumé pédophile de 48 ans accusé, la semaine dernière, d'une série d'accusations de nature sexuelle, aurait admis avoir commis plusieurs des crimes qui lui sont reprochés.

.Le Drummondvillois aurait effectivement confirmé avoir masturbé son chien et l'avoir pénétré à plusieurs reprises, il a même immortalisé le tout sur une bande vidéo saisie par les policiers de la SQ. Il a également admis avoir accédé à de la pornographie juvénile à de nombreuses reprises depuis le début des années 2000 par l'entremise de transferts P2P (pair à pair).

«Il nous a dit qu'il était très facile d'accéder à ce type de fichier. Il suffisait d'inscrire inceste dans le moteur de recherche pour avoir accès aux fichiers des autres. Il a dit qu'il ne se masturbait pas toujours sur ces images, mais que ça lui arrivait», explique l'enquêteur appelé à témoigner dans le cadre de l'enquête sur remise en liberté de Blanchette.

Selon ce qui a été mis en preuve vendredi en cour du Québec devant le juge Gilles Lafrenière au palais de justice de Drummondville, l'accusé ne se serait pas contenté de visionner des vidéos présentant des enfants ayant des relations sexuelles, il aurait également agressé une adolescente pendant trois ans, à raison d'environ une fois par semaine. Cette fois, John Blanchette ne corrobore toutefois pas ces allégations.

Lors de la perquisition du domicile du quadragénaire et d'une remise située à proximité, les policiers ont saisi un ordinateur portable, cinq disques durs, des clés USB, 150 cassettes VHS, ainsi qu'un film 35 mm. Il a également été pris en possession de 15 grammes de cannabis et de matériel servant à la vente de stupéfiants.

La conjointe dans tous ses états

Lorsqu'elle a appris les accusations qui pesaient contre son conjoint, Sylvie Desjardins s'est ruée sur lui dans un accès de colère. Le couple est ensemble depuis plus de 20 ans et jamais elle ne l'aurait cru capable de tels actes. Malgré tout, la dame s'est dite prête à ce qu'il revienne à la maison si le Tribunal décide qu'il peut être remis en liberté en attente d'un procès.

«Je ne pile pas sur quelqu'un qui est par terre, il a besoin d'aide. On va s'en sortir ensemble, je suis encore capable d'avancer avec lui dans la vie», affirme-t-elle. Le juge décidera cet après-midi, à 14 h s'il remet Blanchette en liberté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer