Fernand Fortin, délinquant à contrôler?

Fernand Fortin... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Fernand Fortin

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le ministère public demandera au tribunal que Fernand Fortin soit déclaré délinquant à contrôler.

L'individu de Saint-Denis-de-Brompton a été reconnu coupable en janvier 2014 de possession de pornographie juvénile entre janvier 2005 et décembre 2013. Il a aussi plaidé coupable d'avoir accédé à de la pornographie juvénile et d'avoir rendu accessible de la pornographie juvénile sur un site de partage de telles images illégales.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre et l'avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette ont demandé au tribunal de reporter le dossier au 13 mars prochain afin de présenter leurs arguments.

La défense analyse toujours la possibilité de demander une contre-expertise dans cette affaire.

Fortin possède des antécédents judiciaires en semblable matière, puisqu'il avait été reconnu coupable d'action indécente et de possession de pornographie juvénile en 2007.

Fernand Fortin est détenu depuis décembre 2014, après avoir été arrêté dans le cadre de l'opération « mainmise ».

Ronald Bailey

Dans un autre dossier d'ordre sexuel, celui de Ronald Bailey a aussi été reporté.

L'homme de 63 ans est accusé de contacts sexuels, d'incitation à des contacts sexuels et agression sexuelle sur quatre garçons âgés de 7 à 11 ans entre 1996 et 2011.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a déposé de la nouvelle preuve à la défense hier lors du retour de Bailey devant le tribunal. Ce sont essentiellement des extraits d'écoute électronique d'un autre dossier dans lequel Bailey a déjà été impliqué qui constituent cette preuve nouvelle.

Bailey a été remis en liberté à la suite à la suite de son arrestation en septembre 2014 dans cette affaire.

L'avocat de la défense Me Patrick Fréchette a reporté le dossier au 18 avril prochain pour fixer le moment de l'enquête préliminaire.

L'enquête de la Régie de police Memphrémagog a commencé en 2011 dans cette affaire à la suite d'une première plainte faite aux policiers.

Ronald Bailey était surnommé « le parrain ou M. informatique » sur les bandes d'écoute électronique captées lors de l'enquête de l'opération « Degré » où il avait été condamné à purger 47 mois de prison en septembre 2008.

Cette organisation criminelle contrôlait la vente de cocaïne dans les bars de Magog, dans un point de vente à Stanstead sans compter ce qu'ils livraient.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer