Une compensation de 1774 $ pour l'attaque de son chien

La propriétaire d'un Chihuahua recevra une compensation en dommages de 1774 $... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La propriétaire d'un Chihuahua recevra une compensation en dommages de 1774 $ après l'attaque de son chien par un Bullmastiff appartenant à un résidant de son quartier dans l'arrondissement de Jacques-Cartier à Sherbrooke.

Le juge Pierre Bachand de la division des petites créances de la chambre civile de la Cour du Québec a déterminé que la propriétaire du chien avait droit à une indemnisation de 500 $ pour la valeur de son chien de neuf ans, 500 $ pour la perte de salaire à la suite de cette attaque, de 500 $ pour stress et inconvénients et 274 $ pour les frais de vétérinaire.

L'attaque mortelle par le chien de 170 livres est survenue en novembre 2013 à Sherbrooke.

Le Bullmastiff n'était pas enchaîné et était laissé sans surveillance lorsqu'il a attaqué le petit chien, l'a pris dans sa gueule, mordu, puis secoué.

Malgré l'intervention de la propriétaire du Chihuahua, le chien plus massif n'a pas lâché prise.

« Ce sont finalement des travailleurs de la construction armés d'une pelle qui ont obligé ce chien à relâcher le Chihuahua. Il avait toutefois subi de graves blessures. La demanderesse l'a amené chez le vétérinaire où on l'a soigné et gardé en observation. Il est décédé durant la nuit suivant l'attaque », explique le juge Pierre Bachand dans sa décision.

Événements dramatiques

La propriétaire du Chihuahua a expliqué au tribunal que les événements avaient été dramatiques pour elle.

« Elle pensait constamment à cette attaque et cela l'empêchait de dormir. Elle a vécu un grand sentiment d'impuissance dû au fait qu'elle n'a pu protéger son animal de compagnie. Cela lui a coupé l'appétit et elle n'a pas pu travailler durant plusieurs jours, la perte de sommeil s'étalant sur les trois semaines suivant l'événement. Elle a toujours des répercussions de cela », relate le juge Bachand.

Une mise en demeure avait été envoyée en janvier 2014 au propriétaire du Bullmastiff qui n'avait pas donné suite. La cause a été entendue à la division des petites créances en décembre 2014 au palais de justice de Sherbrooke, puis le jugement a été rendu le mois suivant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer