Un an de prison pour un agresseur sexuel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Jocelyn Chabot, 57 ans, de Warwick, a été condamné à 12 mois d'emprisonnement ferme pour avoir commis des crimes à caractère sexuel sur cinq victimes d'âge mineur. Les gestes ont été posés entre 1988 et 2001.

La juge Guylaine Tremblay coupe ainsi la poire en deux entre la demande de la Couronne qui consistait en une peine de trois ans d'emprisonnement et celle de la défense qui espérait une incarcération dans la collectivité.

Elle explique que, bien que les gestes posés soient graves, ils n'étaient pas si intrusifs. En effet, le quinquagénaire n'a pas eu de relation sexuelle complète avec ses victimes, se contentant de leur caresser les fesses, les seins et les parties génitales. Quatre des cinq victimes n'ont été la proie de Chabot qu'à quelques rares occasions (une ou deux reprises).

« Il n'a pas eu recours non plus à la violence, sauf pour celle se trouvant dans le caractère intrinsèque de ces gestes. Il ne semble pas avoir de problématique particulière ou de pathologie et n'a pas d'antécédent judiciaire », note la magistrate. Au moment de débattre sur le quantum de la peine, deux des victimes de Chabot sont venues témoigner des conséquences qu'avaient eues les gestes sur leur vie.

L'une d'entre elles a affirmé avoir perdu complètement sa confiance envers les hommes. L'autre dit avoir développé une peur de l'accusé et avoir dû composer avec les affreuses conséquences de la dénonciation.

La peine d'emprisonnement est assortie d'une période de probation de trois ans au cours de laquelle il ne pourra pas se trouver en présence de gens de moins de 16 ans, sauf en présence d'un adulte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer