Sauvée des flammes par son chat

Shannon Greenwood habitait au rez-de-chaussée de l'immeuble où... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Shannon Greenwood habitait au rez-de-chaussée de l'immeuble où un incendie est survenu samedi matin sur la rue Bellevue à Magog.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(Magog) Tout porte à croire qu'une défectuosité de nature électrique est à l'origine de l'incendie qui a fait rage dans un quadruplex de la rue Bellevue à Magog samedi matin.

Samedi vers 7 h, une dame habitant le quadruplex en question, Jocelyne Rioux, a été réveillée par son chat venu la mordre dans son lit. La dame s'est rapidement aperçue que des flammes dansaient dans la petite pièce qui lui servait de bureau.

« L'alarme n'a pas démarré très vite, probablement parce que la fumée était près du sol, indique Mme Rioux. Sans mon chat, je ne serais peut-être plus là pour vous parler aujourd'hui. »

S'il a probablement sauvé la vie de sa maîtresse, le félin est sorti mal en point de l'appartement dans lequel il vivait avec celle-ci. « Il était inconscient alors je lui ai fait le bouche-à-bouche. Après un petit moment, il a repris conscience », raconte cette ancienne infirmière auxiliaire.

Jocelyne Rioux affirme avoir tout perdu pendant l'incendie. Et, comble de malheur pour elle, ses biens n'étaient plus assurés depuis quelques semaines seulement. Elle a notamment reçu l'aide de la Croix-Rouge au cours des derniers jours.

Sa voisine au rez-de-chaussée, Shannon Greenwood, était déjà réveillée quand le sinistre s'est déclaré. « J'ai entendu un son assez fort à un certain moment. Disons que j'ai eu peur. Je suis encore en état de choc », confie-t-elle.

De l'eau sur les planchers

Les flammes ne se sont toutefois pas propagées à l'intérieur de son appartement. Cela dit, le travail des pompiers a fait en sorte que de l'eau a recouvert les planchers de trois pièces dans son appartement.

Présentement, Shannon Greenwood habite chez une amie, mais elle ne sait pas où elle s'installera par la suite. « Il semble que ça va prendre des semaines avant que les travaux nécessaires soient terminés. En attendant, je fais quoi? De toute manière, même si j'étais bien ici, je ne crois pas revenir dans cet appartement », confie-t-elle, ajoutant qu'elle souhaite rapidement offrir de la stabilité à son enfant.

Propriétaire de l'immeuble, Donald Landry est revenu de Floride spécialement pour s'occuper de la situation. Il s'est déclaré surpris. « C'est un immeuble de 10 ans uniquement. Je ne m'attendais pas à ça. En plus, je suis déçu pour mes locataires. Ce n'est pas évident pour eux », reconnaît-il.

Directeur du service d'incendie de la Ville de Magog, Luc Paré soutient pour sa part que la valeur des dommages aurait sûrement été beaucoup plus élevée, si les flammes avaient pris naissance dans un « vieux bâtiment ».

Selon les informations obtenues auprès de M. Paré, la défectuosité électrique à la source des flammes est survenue sur la paroi du chauffe-eau qui était situé dans l'appartement de Jocelyne Rioux.

Partager

À lire aussi

  • Sept personnes à la rue à Magog

    Faits divers

    Sept personnes à la rue à Magog

    Un incendie dans un quadruplex de la rue Bellevue à Magog a mis à la rue les sept locataires de l'endroit, qui ont été pris en charge par la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer