Chicane familiale: une accusation de menaces de mort est portée

C'est une accusation de menaces de mort qui été portée contre Jean-Christophe... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est une accusation de menaces de mort qui été portée contre Jean-Christophe Côté de Sherbrooke.

Le Service de police de Sherbrooke a procédé à son arrestation parce que des enquêteurs avaient de sérieuses raisons de croire qu'il pourrait attenter à la vie d'un membre de sa famille. Après analyse de la preuve, le procureur aux poursuites criminelles Me Andy Drouin a déterminé, lundi, que c'est une accusation de menaces de causer la mort ou des lésions corporelles qui devait être portée contre l'individu de 35 ans.

Côté a été arrêté en compagnie de sa conjointe à leur domicile de l'est de Sherbrooke. C'est une chicane familiale concernant la garde d'enfant qui serait à l'origine de cette affaire.

«Quand on parle de garde d'enfants, les gens impliqués deviennent souvent très émotifs», constate l'avocate de la défense Me Mia Manocchio.

Détenu toute la fin de semaine, Jean-Christophe Côté a été amené devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

Il a été libéré sous diverses conditions dont celle de ne pas entrer en contact avec la personne impliquée dans cette affaire.

«Le ballon de complot pour tentative de meurtre a rapidement dégonflé. Les informations préliminaires semblaient plus grosses que ce c'était peut-être en réalité. Plus une enquête avance, plus le portrait de la situation peut être vu de façon différente. Les corps policiers ne prennent souvent aucune chance dans pareilles situations concernant des conflits familiaux sans savoir ce qui pourrait se passer. À la lumière des accusations portées, le portrait est différent de ce qui a été présenté à la base. Nous avons plaidé non coupable aux accusations portées», mentionne Me Manocchio.

La conjointe de l'accusé avait été libérée au cours de la fin de semaine. Des accusations de menaces pourraient être portées ultérieurement contre la femme de 30 ans.

Le dossier de Jean-Christophe Côté a été remis au 2 mars prochain.

Pas de lien

Le porte-parole du Service de police de Sherbrooke confirme qu'il n'y a aucun lien à faire avec les arrestations faites près de la succursale de la Banque TD de la rue King Est à Sherbrooke.

«La façon de faire de ces deux individus n'est pas habituelle aux groupes criminalisés. Depuis l'opération SharQc en 2009, la présence de vestes aux couleurs de groupes criminalisés est plus rare à Sherbrooke. Les individus qui prétendent appartenir à ces groupes ne se promènent plus de cette façon avec leurs couleurs», explique le porte-parole du SPS.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer