Incendie au centre-ville : le bâtiment démoli

Samedi matin, la démolition de l'édifice situé au... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Samedi matin, la démolition de l'édifice situé au 55 rue Wellington Sud était bien avancée. L'immeuble a été la proie des flammes dans la nuit de vendredi à samedi.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'édifice situé au 55 rue Wellington Sud a été complètement ravagé par les flammes dans la nuit de vendredi à samedi. Le bâtiment, qui abritait à son rez-de-chaussée la salle de spectacle La Petite Boite Noire, est une perte totale. Il a été démoli dès samedi matin en raison de l'instabilité de la structure.

Il ne sera pas possible de connaître la cause de l'incendie avant la semaine prochaine, puisque la scène est trop encombée pour que l'inspecteur puisse faire son travail. Il sera de retour sur le site lundi.

« On est en train de faire notre enquête de circonstances parce qu'on n'a pas tous les détails. Avec les témoignages des premiers pompiers arrivés sur place ainsi que des premiers répondants, on va essayer de comprendre ce qui s'est passé », expliquait le directeur par intérim du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS), Stéphane Simoneau, qui affirme qu'aucune hypothèse n'est exclue, criminelle ou accidentelle.

> L'incendie vu de l'intérieur

> Notre galerie photo (Facebook)

Les pertes sont évaluées à un total de 500 000 $, dont 350 000 $ pour la bâtisse seulement.

Les pompiers ont reçu un premier appel vers 23 h 45 vendredi, et rapidement, l'ensemble des effectifs sherbrookois, soit une soixantaine de pompiers, ont été déployés sur les lieux. Le feu a finalement été maîtrisé vers 4 h.

En plus de la salle de spectacle qui se trouvait au rez-de-chaussée, sept logements se trouvaient aux étages supérieurs. « On a demandé la Croix-Rouge pour cinq personnes, mais on sait qu'il y avait probablement plus de personnes qui habitaient là, mais qui n'étaient pas là au moment du feu », explique M. Simoneau, qui précise que personne n'a été blessé dans l'incendie. « L'évacuation avait déjà été commencée lors de notre arrivée, c'est plus au niveau des animaux domestiques qu'on a complété. »

Le feu ne s'est pas propagé aux bâtisses des alentours, une crainte qui revient chaque fois qu'un incendie se déclare au centre-ville, vu la proximité des édifices. « Notre intervention a été plus défensive qu'offensive pour protéger les bâtiments qui étaient adjacents », précise M. Simoneau.

Le froid complique le travail des pompiers

Le froid mordant de vendredi soir a rendu la tâche particulièrement ardue pour les intervenants qui se trouvaient sur place.

« Pour l'attaque initiale, c'était tel que tel, mais par après, on joue avec de l'eau et l'eau et le froid ne vont pas ensemble. On a dû s'assurer que nos camions ne restent pas pris dans la glace, on devait continuellement lever les boyaux pour ne pas qu'ils touchent à terre », donne en exemple le directeur.

Samedi matin, des pompiers s'affairaient d'ailleurs à essayer de déprendre de la glace certains boyaux qui avaient gelé malgré les précautions prises.

La Wellington bloquée

Camions de pompiers, voitures de police, ambulances; la portion sud de Wellington était carrément bloquée pendant l'incendie. Pas moyen d'y circuler à voiture.

Les piétons étaient toutefois nombreux à essayer de passer, malgré le périmètre de sécurité installé par les policiers. Nombre d'entre eux semblaient en état d'ébriété et étaient rapidement éloignés par les agents lorsqu'ils tentaient de s'approcher de l'immeuble en flammes.

Des curieux venaient voir ce qui se passait, mais ne restaient pour la plupart pas longtemps; le froid intense les enjoignait fort probablement à rentrer à l'intérieur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer