Geneviève Lemay coupable du décès de son fils

Geneviève Lemay a plaidé coupable à des accusations de conduite avec les... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Geneviève Lemay a plaidé coupable à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort de son fils de 10 ans et des lésions à deux autres personnes, relativement à un accident survenu le 19 janvier 2013 sur la route 116, entre Victoriaville et Plessisville.

La femme de 36 ans se rendait chez une copine lorsqu'elle a perdu la maîtrise de son véhicule pour se retrouver dans la voie inverse où elle a provoqué une collision avec un véhicule utilitaire sport. Au moment de l'embardée. la voiture de Lemay a tourné sur elle-même à quelques reprises et s'est retrouvée dans l'autre voie. Le VUS rouge qui croisait son chemin n'a pu éviter la collision.

L'impact a eu lieu du côté passager, vers l'arrière du véhicule. Les occupants du deuxième véhicule ont été blessés et son fils, qui se trouvait sur la banquette arrière, en est mort.

Si la chaussée enneigée a d'abord été considérée pour expliquer l'accident, une odeur d'alcool dans l'habitacle a convaincu les policiers de prélever un échantillon sanguin sur la conductrice. Cette dernière a été accusée d'un total de 12 chefs d'accusation en septembre 2013. Les accusations en lien avec la conduite dangereuse ont toutefois été abandonnées.

Présents lors de la procédure, les parents de Geneviève Lemay espèrent la clémence du tribunal au moment de prononcer la peine. Selon eux, elle a déjà amplement souffert à la suite des événements, d'autant plus qu'elle venait tout juste de perdre un autre enfant, quelques mois plus tôt.

«Ça brise une vie (un épisode comme celui-là). Sa peine, elle l'a déjà eue. Elle n'a pas besoin qu'on lui en ajoute une autre», estime sa mère, Johanne.

Quant à son père, Clément, il espère que cette situation servira de message pour les conducteurs qui oseraient prendre le volant après avoir consommé de l'alcool. «Il faut que le monde apprenne que conduire en état de boisson, ça ne se fait pas.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer