Décès en motoneige : «C'était une enfant pleine d'amour»

La petite Laurie Dubé-Coutu, la fillette de 6 ans d'Ascot Corner qui a perdu la... (Photo Facebook)

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La petite Laurie Dubé-Coutu, la fillette de 6 ans d'Ascot Corner qui a perdu la vie dans un accident de motoneige dimanche à Clova en Mauricie, demeurera dans la mémoire des siens comme une enfant enjouée qui aimait jouer des tours.

Deux jours après le drame qui éprouve l'entourage de la jeune fille, le grand-père de celle-ci, Donald Coutu, attendait toujours des nouvelles concernant les circonstances de l'accident. Il ne s'était entretenu que brièvement avec la mère de la victime, au téléphone, quand elle lui a appris la terrible nouvelle.

« L'accident est arrivé à Clova au chalet du grand-père maternel de Laurie. Je n'ai donc pas eu beaucoup de contacts avec eux jusqu'à maintenant. J'ai appris la nouvelle dimanche. Ce n'est évidemment pas le genre d'appel auquel nous nous attendions. Laurie avait passé Noël chez nous. Elle était heureuse de ses cadeaux et avait passé du temps avec ses cousins et cousines. Elle était partie vendredi. Elle s'en allait toute joyeuse à Clova pour faire du plein air », raconte M. Coutu.

Tout indique que la fillette aimait passer du temps à l'extérieur. « Cette année, elle avait pêché ses premiers gros poissons. Elle avait une soif de vivre. C'était une bonne vivante », ajoute le grand-père endeuillé.

Donald Coutu indique qu'il avait tissé des liens serrés avec sa petite-fille, troisième d'une descendance de cinq petits-enfants, depuis la séparation de ses parents. « Nous avions une relation privilégiée, une belle complicité. Elle ne nous laissera que de bons souvenirs. Elle avait commencé sa première année à l'école. Je me rappelle qu'elle me disait : Papi, est-ce que tu me donnerais une dictée? On va jouer à l'école. J'ai toujours embarqué dans ses jeux. C'était une belle enfant. »

En grand-père admiratif, Donald Coutu cite aussi la mémoire phénoménale de la jeune disparue. « Elle avait une soif d'apprendre. C'était une enfant pleine d'amour. Tout était amusant pour elle. Je la vois encore espiègle à essayer de nous jouer des tours et à rire aux éclats. »

Bien entendu, l'arrivée d'une nouvelle année aura un goût bien particulier pour la famille Coutu. « Il y aura plusieurs pensées pour Laurie. Même si ça fait deux jours que l'accident est arrivé, nous n'avons pas eu le temps de faire notre deuil. Je pense que nous l'aurons en mémoire longtemps. »

Sur Facebook, les condoléances et les messages empathiques affluent sur la page « Soutien... messages d'encouragement... prière pour la petite Laurie », où déjà plus de 1000 membres sont inscrits. Plusieurs photos de l'enfant souriante y ont été épinglées.

Le père de la petite Laurie, Charles-Olivier Dubé-Coutu, utilise d'ailleurs Facebook pour remercier tous ceux qui lui ont témoigné leur affection et leur peine devant la tragédie. « Merci tout le monde pour vos pensées. C'est apprécié. [...] Ce n'est pas facile. Je pense à elle à chaque instant. Je vais essayer de m'en remettre et de garder de bons souvenirs de cette princesse. »

Selon la Sûreté du Québec, le véhicule sur lequel la fillette avait pris place avec un ou deux adultes a fait une embardée en après-midi dimanche sur le chemin Lépine à Clova. La motoneige a ensuite fait des tonneaux. La petite Laurie portait un casque protecteur. Elle a été transportée dans le village de Parent, puis à l'hôpital de La Tuque où elle est décédée dans la soirée. La Sûreté du Québec a ouvert une enquête, mais l'alcool ne serait pas en cause.

Outre ses parents, Laurie Dubé-Coutu laisse aussi dans le deuil son jeune demi-frère.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer