Nancy Landry: le père de Nathan reste sur son appétit

Nancy Landry... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Nancy Landry

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) S'il attendait beaucoup de l'enquête préliminaire de Nancy Landry pour en apprendre davantage sur le décès de son fils Nathan, Éric Garneau est resté sur son appétit.

Éric Garneau... (La Tribune, René-Charles Quirion) - image 1.0

Agrandir

Éric Garneau

La Tribune, René-Charles Quirion

La femme de 40 ans a officiellement été citée, mardi, à son procès pour le meurtre au premier degré de son fils de trois ans en février 2011 à Sherbrooke.

Les dix témoins qui ont défilé à la barre au cours de l'enquête préliminaire devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec n'ont pas permis au père de la jeune victime de connaître tous les détails entourant les événements du 20 février 2011.

«C'est certain que j'apprends quelques éléments techniques, mais je m'attendais à plus que ça. J'avais l'impression que des détails plus précis seraient donnés», explique Éric Garneau.

Il estime que la preuve qu'il a entendue, mais qui est frappée d'une ordonnance de non-publication, laisse place à beaucoup d'interprétation.

«Je pense bien qu'il y a certaines questions que je me pose pour lesquelles je n'obtiendrai jamais de réponse. Je comprends maintenant mieux comment la preuve est recueillie par les enquêteurs et qu'il n'y avait pas de caméras partout pour capter tout ce qui s'est passé. J'ai un portrait plus clair, mais je ne sais pas tout ce que j'aurais aimé savoir», signale le père de Nathan Garneau.

Ce dernier a été le premier témoin à être appelé à la barre par le procureur aux poursuites criminelles Me Andy Drouin lors de cette enquête préliminaire. Les enfants de Nancy Landry, des amis de l'accusée, deux ambulanciers paramédicaux, un policier de même que deux techniciens en identité judiciaire du Service de police de Sherbrooke ont été entendus lors de la journée et demie qu'a duré cette étape des procédures.

«Je ne peux pas dire que j'ai eu de la difficulté à témoigner. J'ai parlé de l'événement à de multiples reprises depuis le décès de mon garçon. Il y a déjà plus de 46 mois que cet événement s'est déroulé. On n'oublie jamais, mais les choses se placent. Je tente de passer à autre chose. Même si je vais suivre le procès, je n'ai aucune attente du processus judiciaire», soutient Éric Garneau.

«Ces témoignages m'ont permis d'aller chercher certains éléments qui me manquaient dans le cadre de la préparation de la défense de ma cliente.»


Même si elle ne contestait pas la citation à procès, l'avocate de la défense Me Mia Manocchio tenait à entendre certains témoins.

«Cette étape est une façon pour la défense d'en apprendre davantage sur le dossier. Ces témoignages m'ont permis d'aller chercher certains éléments qui me manquaient dans le cadre de la préparation de la défense de ma cliente», mentionne Me Manocchio.

L'accusée avait encore une démarche lente lors des procédures judiciaires au palais de justice de Sherbrooke. Appelée à se présenter devant la juge Fabi pour être citée à son procès, Nancy Landry a eu une perte d'équilibre.

Nancy Landry de Sherbrooke a été déclarée apte à faire face aux procédures judiciaires en mai 2014 avant d'être officiellement accusée de la plus grave accusation du Code criminel. La dame avait été déclarée inapte à faire face à l'accusation de meurtre déposée contre elle en 2011.

«L'inaptitude peut être soulevée à n'importe quel moment au cours des procédures. Le procès se déroulera devant juge et jury, mais des requêtes préliminaires peuvent être présentées au juge du procès avant l'audition de la preuve pour savoir si un accusé est en mesure de bien comprendre le processus judiciaire et de le suivre pour assurer sa défense», explique Me Manocchio.

Nancy Landry demeure en liberté pendant les procédures judiciaires. Son dossier reviendra au rôle des assises de la Cour supérieure le 5 janvier 2015.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer