Il reçoit une peine déjà purgée en détention préventive

L'opération Kayak s'est déroulée le 12 juin 2013... (Archives La Tribune)

Agrandir

L'opération Kayak s'est déroulée le 12 juin 2013 à plusieurs lieux en Estrie.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pendant que Patrick Robidoux règle ses comptes avec la justice, l'avenir du procès des coaccusés arrêtés dans le cadre de l'opération Kayak fait du surplace.

L'homme de 48 ans a plaidé coupable lundi aux accusations déposées contre lui dans le cadre de cette vaste opération policière, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Détenu depuis 2013, Patrick Robidoux sera libéré de prison au cours des prochains jours.

Au total, il reçoit une peine de 27 mois de détention, mais la détention provisoire comptabilisée en temps et demi fait en sorte qu'il a purgé sa peine.

Robidoux a plaidé coupable aux accusations de complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants, conduite dangereuse et fuite des policiers. Il avait été arrêté dans le cadre d'une transaction de drogue interceptée par les policiers à Saint-Alphonse-de-Granby en avril 2013.

Me Karine Guay du bureau de lutte au crime organisé représentait le ministère public dans cette affaire, alors que Me Jean-Pierre Sharpe assurait la défense de Patrick Robidoux.

Par ailleurs, la requête du membre en règle des Hells Angels Vincent Boulanger qui souhaite que les requêtes préliminaires au procès Kayak dans lequel il est accusé se poursuivent a été déposée hier avant-midi devant le juge Charles Ouellet de la Cour supérieure.

La requête en continuation des procédures devant la Cour supérieure afin que reprenne l'audition de ces requêtes préliminaires au procès qui doit commencer le 6 janvier 2015 sera entendue le 15 décembre.

Certains avocats de la défense tentent cependant qu'elle soit entendue cette semaine. Ils doivent contacter le juge coordonnateur de la Cour supérieure Gaétan Dumas à ce sujet. « Nos clients sont détenus et ils veulent procéder. Ils craignent que les procédures ne reprennent qu'en janvier et que les deux mois réservés pour le procès soient réduits à un point tel qu'il ne puisse pas se dérouler comme prévu », explique Me Jocelyn Grenon qui représente l'accusé Serge Pinard.

La semaine dernière, la juge Julie Beauchesne de la Cour du Québec a suspendu l'audition des requêtes en arrêt des procédures et en inhabileté à la suite du dépôt de requêtes pour l'émission d'un bref en certiorari et en prohibition devant la Cour supérieure par l'accusé Stéphane Rouleau.

L'opération Kayak s'est déroulée le 12 juin 2013 à plusieurs lieux en Estrie, dont Sherbrooke, St-Denis-de-Brompton, Windsor, Dudswell, Stukely-Sud et Canton de Cleveland.

Plus de 235 policiers de la Sûreté du Québec, du Service de police de Sherbrooke, de la Régie de police Memphrémagog, de la Gendarmerie royale du Canada ainsi que des corps de police de Granby et Bromont avaient participé à cette frappe policière.

La preuve de la poursuite comprend le témoignage d'un agent civil d'infiltration, des filatures, des surveillances policières, de l'écoute électronique, des balises de localisation, des micros cachés, des caméras dissimulées et des perquisitions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer