Rage au volant: il connaîtra sa peine en janvier

Un individu de 42 ans qui a visiblement de la difficulté à gérer sa colère... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Un individu de 42 ans qui a visiblement de la difficulté à gérer sa colère devra patienter jusqu'au 16 janvier 2015 avant de connaître sa peine pour une affaire de rage au volant.

Patrick Saint-Onge de Sherbrooke qui a reconnu sa culpabilité à une accusation de voies de fait revenait jeudi devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laila Belgharras demande une peine d'incarcération de 90 jours, alors que l'avocat de la défense Me Christian Raymond souhaite que son client soit soumis à une probation avec un suivi relativement à son problème de comportement au Seuil de l'Estrie. Il suggère aussi l'imposition de 75 heures de travaux communautaires.

«Il faut d'abord reconnaître ses problèmes de violence avant de penser à les régler», a plaidé Me Belgharras.

Le juge Dunnigan a pris la cause en délibéré pour analyser la jurisprudence dans des dossiers similaires.

Les gestes pour lesquels l'individu a reconnu sa culpabilité sont survenus le 19 septembre 2013 dans l'ouest de Sherbrooke. La victime avait coupé la voie à Saint-Onge sur la route. Plutôt que de gérer sa colère dans son véhicule et poursuivre sa route, Saint-Onge a choisi de suivre le véhicule qui venait de le couper.

Lorsque la femme a été arrêtée à la station-service située à l'intersection des rues Kingston et Dunant, Patrick Saint-Onge a ouvert la porte de son véhicule. Il lui a alors dit: «C'est quoi ton problème de chauffer comme ça» avant de lui asséner deux coups de poing.

Saint-Onge a repris la route pour rentrer chez lui. Propriétaire d'une voiture jaune, l'accusé a été repéré par la victime et son conjoint qui ont répliqué. Aucune plainte n'a été retenue par les policiers pour la fin de l'épisode.

«Par cet épisode où il a été frappé, mon client a en quelque sorte reçu une partie de sa peine», a mentionné au tribunal, Me Christian Raymond.

Patrick Saint-Onge possède des antécédents de voies de fait en 2007 ainsi que de fuite des policiers et conduite dangereuse en 2003.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer