Un couple arrêté pour des actes à caractères sexuels avec un mineur

Ronald Nolet a été amené au palais de... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Ronald Nolet a été amené au palais de juste de Sherbrooke, mercredi.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Un autre couple soupçonné de gestes à caractère sexuel sur une mineure fait face à des accusations criminelles à Sherbrooke.

Ronald Nolet et Annie Bolduc de Lac-Drolet ont été formellement accusés mercredi de gestes qui se seraient déroulés d'août 2010 à juillet 2012 à l'endroit d'une connaissance.

Ils ont été arrêtés mercredi à leur domicile de Lac-Drolet par les enquêteurs de la Sûreté du Québec de la MRC du Granit.

C'est Nolet qui fait face à la majorité des accusations concernant en fait trois victimes, deux adolescentes et un jeune garçon. Les gestes de grossière indécence et d'attentat sur le bambin auraient été commis entre 1982 et 1984.

Sur la victime commune au couple, Nolet est accusé d'attouchements sexuels, d'incitation à des contacts sexuels, d'exhibitionnisme, d'avoir rendu accessible de la pornographie juvénile et d'avoir exposé une chose obscène. Annie Bolduc quant à elle fait face aux accusations d'exhibitionnisme et d'avoir exposé une chose obscène

L'homme de 48 ans était en attente d'une comparution à Lac-Mégantic concernant une troisième victime alléguée.

Lors de son retour devant le tribunal vendredi, il sera accusé d'incitation à des contacts sexuels, de contacts sexuels ainsi que de trafic de stupéfiants.

Cette dernière accusation permet d'inférer que Nolet échangeait vraisemblablement des stupéfiants contre des faveurs sexuelles.

Nolet a été amené devant le juge Gilles Lafrenière de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke. Annie Bolduc a comparu par à partir du palais de justice de Lac-Mégantic. 

La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion s'est objecté à la remise en liberté de l'accusé des deux personnes. Le stagiaire au bureau de Me Karine Poliquin, qui représente l'accusé, Samuel Fortier, a remis l'enquête sur remise en liberté à vendredi.

Une interdiction de communication entre les deux personnes et avec les victimes alléguées a été émise par le juge.

« L'enquête a été très rapide et extrêmement efficace notamment en raison de l'âge des victimes. Nous espérons toujours dans de tels dossiers que les accusations portées à la suite de dénonciation de premières victimes incitera d'autres personnes à dénoncer s'il  a lieu », explique la procureure aux poursuites criminelles, Me Isabelle Doiron.

Cette affaire n'est pas sans rappeler celle du couple de Sherbrooke qui a agressé une jeune femme atteinte de déficience intellectuelle.

Alain Lafond et Louise Ruel ont reconnu avoir abusé sexuellement de la jeune femme sur une période de cinq ans.

Les deux accusés ont plaidé coupables à des chefs d'accusation d'attouchements sexuels et d'incitation à des contacts sexuels. M. Lafond a reconnu pour sa part avoir eu des relations sexuelles complètes avec la victime.

Alain Lafond a été condamné à trois ans de prison la semaine dernière, alors que Louise Ruel devrait recevoir sa peine en janvier 2015.

Rappelons que la jeune femme, aujourd'hui âgée de 20 ans, avait connu Mme Ruel alors qu'elle était sa chauffeuse d'autobus. Le couple s'était par la suite mis à s'occuper de la victime pour donner du répit à ses parents.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer