De nouvelles accusations pour l'ancienne shérif du palais de justice

L'ancienne shérif du palais de justice de Victoriaville Karine Prince fait face... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) L'ancienne shérif du palais de justice de Victoriaville Karine Prince fait face à de nouvelles accusations. La Couronne a déposé contre elle, au cours des mois, des accusations relativement à la production d'un faux document, ainsi qu'à la signature d'une déclaration solennelle.

La femme de 34 ans, qui doit subir prochainement un procès pour avoir fait entrave à la justice, aurait effectivement produit une dénonciation criminelle en la sachant fausse avec l'intention qu'il soit employé au préjudice d'une autre personne. Elle aurait également, le 4 avril 2013, signé une déclaration solennelle qui a été déclarée devant elle.

L'ancienne juge de paix résidente de Saint-Christophe-d'Arthabaska sera de retour au palais de justice demain, afin que l'on fixe une date d'enquête préliminaire dans les dossiers de production de faux, et le 8 décembre, afin de cibler de nouvelles dates de procès.

Prince devait initialement subir son procès cette semaine, mais la procédure a dû être remise une nouvelle fois, son avocat, Me Michel Dussault, étant retenu à Sherbrooke dans une autre affaire.

Rappelons que la femme d'une trentaine d'années a été accusée relativement à des gestes qui auraient été posés entre octobre 2011 et février 2012. Au cours de cette période, elle aurait tenté d'entraver le cours de la justice en acceptant de collaborer ou en donnant de l'information à une organisation criminelle.

Prince avait d'ailleurs été arrêtée à la fin du mois de mai 2012, au même moment que son conjoint Carl Verville. Celui-ci a été accusé de trafic de stupéfiants et de complot, accusations auxquelles il a plaidé coupable. Il purge une peine de dix mois d'emprisonnement relativement à cette affaire.

La shérif était aussi accusée d'abus de confiance à l'origine, mais le juge de la Cour supérieure Richard Grenier n'a pas cru bon maintenir le chef au terme de l'enquête préliminaire, jugeant que la preuve n'était pas assez forte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer