Exclusif

Fortier personnifiait «Mégane Desbiens» sur Facebook

C'est sous le pseudonyme de Mégane Desbiens que Simon Fortier arnaquait ses... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est sous le pseudonyme de Mégane Desbiens que Simon Fortier arnaquait ses victimes potentielles sur Facebook.

Simon Fortier... (Archives) - image 1.0

Agrandir

Simon Fortier

Archives

Celui qui enseignait à deux écoles primaires de Sherbrooke a reconnu ses torts à divers crimes en lien avec la pornographie juvénile et le leurre d'enfants devant la justice la semaine dernière.

Selon les motifs du mandat de perquisition dont La Tribune a obtenu copie, Fortier avait fabriqué le profil d'une jeune femme de Sherbrooke qui venait tout juste d'avoir 18 ans sur Facebook et sur Skype pour leurrer cinq des six victimes pour lesquelles il a reconnu sa culpabilité.

L'enquêteur de la Sûreté du Québec explique dans ses justifications pour obtenir un mandat pour saisir l'ordinateur et le cellulaire de Fortier que le faux profil recrutait des mannequins pour une agence entre août et octobre 2013.

Les cinq plaignantes dans cette affaire sont toutes des mineures âgées de 9 à 13 ans.

« Mégane Desbiens » aurait commencé à se filmer lors de relations sexuelles diverses devant la caméra avec l'une des victimes comme spectatrice. Fortier a incité cette victime à « jouer » des scènes de nature sexuelle.

Dans un autre cas, Fortier a incité sa victime à se mettre en sous-vêtements et à faire des mouvements érotiques avec sa petite soeur de neuf ans.

Skype

Les plaignantes de deux dossiers affirment s'être rendues sur Skype « pour passer un test de mannequin pour ensuite se dénuder devant la caméra à la demande de « Mégane Desbiens ».

Saisis de cette affaire après la découverte de conversations sur le iPod de la mère de l'une des victimes, les enquêteurs de la SQ ont remonté jusqu'à la source concernant cette « Mégane Desbiens ». Les adresses IP du profil ont été retracées auprès de Skype et Facebook et comparées avec celui du fournisseur internet de Fortier.

Le profil de ladite « Mégane Desbiens » n'est plus accessible depuis décembre 2013.

Il a par la suite été possible pour les policiers de remonter jusqu'à la résidence de Simon Fortier.

La SQ est débarquée à son domicile le 30 octobre dernier pour y saisir le matériel informatique et arrêter Simon Fortier.

L'homme de 31 ans a reconnu sa culpabilité le 12 novembre dernier à douze chefs d'accusation de leurre d'enfants de moins de 16 ans, de distribution de pornographie juvénile et d'incitation à des contacts sexuels sur six victimes mineures.

La procureure aux poursuites criminelles au dossier Me Joanny Saint-Pierre doit déposer d'autres accusations dans le dossier au cours des prochaines semaines.

Fortier doit revenir devant le tribunal le 1er décembre prochain.

Toute information concernant cette affaire peut être communiquée à la Centrale de l'information criminelle de la SQ au 1-800-659-4264 ou à Échec au crime au 1-800-711-1800.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer