La «criminelle la plus sexy du globe» plaidera coupable

Stéphanie Beaudoin s'est engagée à plaider coupable à... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Stéphanie Beaudoin s'est engagée à plaider coupable à une trentaine de chefs d'accusation.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Considérée comme la criminelle la plus sexy du globe, Stéphanie Beaudoin s'est engagée à plaider coupable à une trentaine des 114 chefs d'accusation déposés contre elle, à son retour au palais de justice de Victoriaville, le 9 décembre.

« Je regrette ce que j'ai fait, je n'avais pas compris l'ampleur de mes gestes. Maintenant, j'en suis consciente et peu importe la peine que le juge choisira de m'imposer, je vivrai avec les conséquences. Je suis prête à aller de l'avant », a indiqué la jeune femme, sereine, accompagnée d'une poignée d'amis.

L'avocat de Beaudoin, Me Denis Lavigne, prévoyait enregistrer le plaidoyer de culpabilité lundi après-midi, mais n'a pas réussi à s'entendre avec son vis-à-vis de la Couronne, Me Anthony Cotnoir, avant que le dossier soit entendu devant le juge David Bouchard. Ils ont choisi de reporter, mais il ne resterait que quelques détails à fignoler.

« Il y a possibilité que l'on plaide coupable sur une trentaine de chefs qui couvriront l'ensemble des dossiers. Ces plaidoyers provoqueront le retrait des autres accusations », explique Me Lavigne.

Selon le criminaliste, le dossier de Stéphanie Beaudoin est le cas typique de celui d'une femme victime d'une dépression qui commet des actes incohérents. Elle serait d'ailleurs encore suivie de façon régulière par un médecin.

 

Prison ou pas?

Si les avocats se sont mis d'accord sur les chefs qui tiendront et ceux à laisser tomber, il semble que leurs opinions divergent quant à la peine appropriée à infliger à la pin up de 21 ans. Me Cotnoir estime que la jurisprudence commande un emprisonnement ferme, alors que son confrère croit justifiée l'imposition d'une peine à être purgée en collectivité.

« La peine maximale pour ce type d'infraction est l'emprisonnement à perpétuité, lance le procureur de la Couronne d'entrée de jeu.  On s'attend à ce qu'il y ait de la détention, surtout au nombre important d'infractions. Les chefs de possession d'armes à feu volées sont très graves aussi ».

« C'est effectivement le nombre de chefs d'accusation qui est le problème. Je crois toutefois que lorsqu'on réussira à établir sa situation psychologique au moment des actes, on comprendra mieux ce qui s'est passé », minimise Me Lavigne, précisant qu'on avait demandé un rapport présentenciel afin de faire la lumière sur son état de santé au moment des faits.

Rappelons que Stéphanie Beaudoin, reconnue pour sa Lancer blanche aux jantes roses et son caniche blanc, a été arrêtée relativement à des larcins commis, entre autres, à Victoriaville, Chesterville, Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie-d'Halifax, Princeville, Plessisville et Saint-Norbert-d'Arthabaska. Elle aurait principalement dérobé de l'argent, des bijoux, des appareils électroniques et des armes à feu.

Lors de son arrestation, Beaudoin se préparait à effectuer un stage à l'hôpital de Thetford Mines afin de compléter sa formation pour devenir infirmière auxiliaire. Son avenir a évidemment été mis sur la glace, le temps des procédures judiciaires.

Elle a été arrêtée en compagnie de trois complices âgés de 17, 15 et 13 ans. Ils auraient pris part à une aventure commune selon Me Lavigne.

« Il n'est pas clair qu'il y ait un instigateur. À première vue, il s'agit d'une aventure commune. Ce n'est pas parce qu'elle (Stéphanie) était majeure qu'elle a plus de responsabilités dans cette affaire », a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer