Floride: Roberge plaide non coupable, mais reste détenu

René Roberge... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

René Roberge

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) René Roberge de Sherbrooke a plaidé non coupable en Floride, vendredi, aux accusations portées contre lui.

L'homme de 47 ans comparaissait en Cour fédérale à Fort Lauderdale en Floride pour être formellement accusé de s'être rendu aux États-Unis dans le but d'avoir une activité sexuelle avec un garçon de 14 ans en Floride, puis qu'un autre de 15 ans au Texas.

Selon le Sun Sentinel de Fort Lauderdale, le juge Patrick Hunt de la Cour fédérale a gardé Roberge détenu parce qu'il pose un risque trop grand pour la société.

Le Sherbrookois de 47 ans a été arrêté dimanche dernier en Floride pour avoir tenté d'obtenir des faveurs sexuelles d'un garçon d'âge mineur.

René Roberge, qui est technicien à TVA Sherbrooke, s'est rendu par avion en Floride après avoir établi des liens sur internet avec des agents doubles qui se sont fait passer pour un garçon de 14 ans et son père.

Se référant à un courriel de l'accusé, celui-ci disait avoir été près de mourir et qu'après cette expérience, il avait décidé de vivre tous ses fantasmes et de réaliser ses rêves pervers.

René Roberge s'est finalement identifié à un agent double. la semaine dernière, selon les documents mis en preuve, lui expliquant qu'il avait fait des réservations dans un hôtel de Pompano Beach et qu'il était excité de le rencontrer.

La plainte indique par ailleurs que Roberge était membre de plusieurs groupes d'échange et de discussion reliés à des activités de pornographie juvénile impliquant de jeunes adolescents.

Du matériel de pornographie juvénile a été trouvé dans la tablette électronique du suspect à son arrivée en Floride.

Selon les documents de cour, il avait apporté deux cadeaux pour l'adolescent, soit des chandails d'équipes sportives.

René Roberge a été arrêté à sa descente d'avion, là où les enquêteurs du Department of Homeland Security l'attendaient.

Selon le cirminaliste Me Jean-Pierre Rancourt, René Roberge n'a vraiment pas choisi le meilleur endroit pour comettre ce type de délit. Il rappelle que la peine minimale est de dix années de détention.

«Les peines sont beaucoup plus sévères qu'ici. Sans compter qu'il en coûte une fortune pour engager un avocat pour se défendre aux États-Unis. En Floride, des escouades spécilaisées de policiers travaillent à temps p^lein sur ce type de crime. Des mandats de perquisition ont aussi été émis pour fouiller chez lui», explique Me Rancourt.

S'il est condamné, il pourrait être diffiicile pour Roberge de purger sa peine au canada.

«C'erst certain qu'il pourrait demander à être transféré au Canada pour purger sa peine., Cependant, le gouvernement Harper à resseré la vis à ce chapitre. Il devient plus difficile pour des Canadiens condamné aux États-Unis de venir purger leur peine ici. Ce serait un avantage pour lui de le tenter parce qu'un accusé peut bénéficier ici des libération conditionnelles ce qui n'est aps possible aux États-Unis», estime Me Rancourt.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer