Cégep : du vandalisme dénonçant l'austérité

Déjà aux prises avec des restrictions budgétaires majeures, le Cégep de... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Déjà aux prises avec des restrictions budgétaires majeures, le Cégep de Sherbrooke devra payer pour faire disparaître les traces de récentes vagues de vandalisme.

Les graffitis et tags qui sont apparus à l'extérieur de certains pavillons dénoncent les mesures d'austérité qui sont imposées à l'institution d'enseignement collégial.

Une première vague de vandalisme a eu lieu à la fin octobre et plus tôt cette semaine, note Joëlle Bouchard du service des communications du Cégep de Sherbrooke.

«Des plaintes ont été faites au Service de police de Sherbrooke et une enquête est en cours, dit-elle. Nous sommes à évaluer les coûts pour le nettoyage. »

«Ce qui est dommage, car les personnes qui ont fait ça se trompent de cible. Les restrictions budgétaires sont imposées au Cégep. »

L'association étudiante a envoyé un appel au calme, ajoute Mme Bouchard.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer