Passeur d'immigrants illégaux: Firinci demande la clémence du tribunal

Kenan Firinci... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Kenan Firinci

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Kenan Firinci demande au tribunal de lui accorder une absolution conditionnelle. Reconnu coupable d'avoir facilité à une famille turque l'entrée illégale au Canada en leur évitant de se présenter à un poste de contrôle frontalier en octobre 2011 en compagnie de Sebahattin Sabanci, Firinci revenait devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec.

Plaidant notamment le fait qu'une peine pourrait lui nuire dans son processus d'immigration, Firinci étant résident permanent, son avocate Me Mia Manocchio a demandé au tribunal qu'une absolution conditionnelle soit imposée. Condition par laquelle Firinci devrait faire un don à un organisme de charité.

Le procureur aux poursuites criminelles fédéral Me Alexandre Tardif a demandé au tribunal que l'accusé purge une peine de trois à quatre mois d'emprisonnement.

Le dossier de Sabanci a été reporté au 9 février 2015, moment où le premier accusé devrait recevoir sa peine.

Lors du procès, les deux passeurs d'immigrants illégaux prétendaient simplement avoir recueilli des compatriotes près de la frontière à Stanstead sans savoir que ces derniers étaient entrés illégalement au Canada. Ils n'ont pas été crus par le juge Vanchestein.

Les caméras de surveillance à la frontière ont capté la famille Senpinar, originaire de la Turquie, entrer du côté américain de la bibliothèque Haskell située sur la frontière canado-américaine et en ressortir du côté canadien, le 1er octobre 2011. Ce n'est qu'une fois sur l'autoroute 55 en direction de Montréal que le véhicule transportant la famille Senpinar ainsi que les deux accusés est intercepté par la Gendarmerie royale du Canada.

La famille Senpinar a demandé le statut de réfugié aux représentants de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), se dégageant de l'infraction d'être entré illégalement au Canada.

Cette famille turque était arrivée sur un vol d'Istanbul vers New York quatre jours avant que le projet avorte. Ils ont passé trois nuits à Derby Line au Vermont avant de tenter d'entrer illégalement au Canada par l'opéra Haskell.

Me Benoit Gagnon, qui défend Sebahattin Sabanci, fera part de ses représentations au tribunal le 9 février.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer