Mort d'un bûcheron: un manquement aux pratiques sécuritaires

C'est vraisemblablement un manquement aux pratiques sécuritaires lors de... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) C'est vraisemblablement un manquement aux pratiques sécuritaires lors de l'abattage d'arbres qui est à l'origine du décès du bûcheron de 67 ans survenu à Lingwick mardi.

Le bûcheron a été retrouvé écrasé sous un arbre alors qu'il tentait d'en diriger la chute à l'aide d'un tracteur.

« Utiliser la pelle d'un tracteur pour orienter la chute d'un arbre n'est effectivement pas une pratique sécuritaire. Le bûcheron a vraisemblablement voulu pousser l'arbre avec la pelle, mais l'arbre a plutôt levé et est tombé vers lui », explique la porte-parole de la CSST en Estrie, Julie Fournier.

L'accident de travail mortel est survenu sur une érablière de plus de 900 âcres de la Ferme agroforestière Gagné de la route 108 à Lingwick.

« C'est un bûcheron qui avait plus de 40 années d'expérience. Le secteur forestier est très à risque. Il est important non seulement d'utiliser des pratiques sécuritaires, mais aussi d'avoir l'équipement adéquat. Dans le cas de Lingwick, le travailleur n'utilisait pas un tracteur avec une cabine ou un arceau de protection », mentionne Julie Fournier.

La porte-parole de la CSST rappelle qu'une moyenne de trois travailleurs se blesse chaque jour au Québec dans le secteur forestier.

En moyenne, quatre personnes perdent la vie dans ce secteur au Québec. Depuis 2009 en Estrie, ce sont trois travailleurs forestiers qui sont morts.

Le dernier accident mortel dans le secteur forestier en Estrie est survenu à Stornoway.

Une méthode d'abattage déficiente et l'utilisation d'une voie de retraite dangereuse sont à l'origine du décès d'un acériculteur en janvier 2013.

La CSST avait identifié que la victime Daniel Lapierre effectuait des coupes d'éclaircies à son érablière L.J. Lapierre et fils lorsque les tragiques événements sont survenus. L'accident est survenu lorsque l'homme de 53 ans s'affairait à abattre un gros arbre sur sa terre à bois en compagnie d'un employé. Lors des travaux, l'arbre est tombé, mais une branche est tombée au sol. Elle a effectué un mouvement arrière et a frappé l'acériculteur au visage.

« Tous les travailleurs forestiers doivent suivre une formation en abattage manuel. La formation sert à inculquer des méthodes de travail sécuritaires et surtout à défaire les habitudes qui ne le sont pas. Habituellement, les travailleurs forestiers effectuent ce type de tâches depuis de nombreuses années », mentionne Julie Fournier de la CSST en Estrie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer